jeudi 20 juin 2024

Contesté, Macron n’est plus en situation d’exercer une influence notable à l’étranger

-

Contesté dans son pays, le Président français, Emmanuel Macron, n’est plus en situation d’exercer une influence notable à l’étranger, alors que ses « bourdes » diplomatiques ont divisé les Vingt-Sept et semé le trouble chez les alliés traditionnels de Paris, écrit lundi le quotidien “Libération” dans un décryptage sous le titre “Emmanuel Macron, l’éclopé de la scène internationale”.

La séquence de la réforme des retraites, qui peine à se refermer, laisse Emmanuel Macron affaibli sur le plan intérieur, souligne le média, ajoutant que le problème, pour le président de la République, est que sur la scène européenne et même internationale, qui fut longtemps son domaine d’excellence et où il aurait pu espérer trouver une échappatoire à ses ennuis domestiques, “il apparaît tout aussi éclopé, même si ce n’est pas exactement pour les mêmes raisons”.

‘’Il ne suffit pas de diriger la seconde puissance économique et démographique et la première puissance diplomatique et militaire de l’Union (et d’y être le seul pays à disposer d’un siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU) pour peser d’un poids déterminant en Europe. La recette est infiniment plus complexe : il faut avoir du talent et des idées, mais aussi être capable de diriger et de réformer son pays afin de lui permettre de maintenir son rang, et ce avec le soutien de ses citoyens’’, analyse l’auteur de l’article.

Et de poursuivre que ‘’si Angela Merkel, chancelière d’Allemagne de novembre 2005 à décembre 2021, a pesé d’un poids déterminant jusqu’à l’ultime minute de son dernier mandat, c’est parce qu’elle était incontestée sur le plan intérieur. Il n’est d’exemple, dans aucune démocratie, d’un dirigeant respecté et écouté sur la scène internationale qui soit en même temps démonétisé dans son propre pays’’.

Or, l’incapacité d’Emmanuel Macron à convaincre son peuple de la nécessité d’effectuer une réforme des retraites – perçue comme bien légère par ses partenaires par rapport aux sacrifices consentis chez eux -, la dégradation continue de la dette et du déficit publics ou le montant record des prélèvements et des dépenses publics pour un résultat médiocre, ne donnent pas l’image d’un pays en bonne santé, soutient la publication.

Sans oublier les images de “répression policière” qui ont fait le tour du monde, enchaîne-t-on, faisant valoir que la chute spectaculaire de la popularité du chef de l’Etat dans les sondages, moins d’un an après sa réélection, achève de donner au reste du monde l’image d’une France fracturée, affaiblie, sans direction politique.

Dès lors, que vaut la parole d’Emmanuel Macron vis-à-vis de ses partenaires ?, s’interroge le journal.

‘’Certes, Macron a l’image dans toute l’Europe d’un homme arrogant, condescendant, persuadé d’avoir raison contre tous, mais tout le monde sait aussi que la France est un pays qui va mal !’’, assène Dany Cohn-Bendit, ancien coprésident du groupe des Verts au Parlement européen, cité par le journal.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, le chef de l’Etat français est régulièrement “rattrapé par ses démons”, car, “le problème pour Macron, ce n’est pas seulement son arrogance, c’est le fait qu’elle s’ajoute à ses erreurs de politique internationale’’, tacle Cohn-Bendit.

Selon Libération, sa tournée récente en Afrique et surtout son voyage en Chine ont accru l’incompréhension à l’égard d’Emmanuel Macron, qui apparaît désormais comme un “diviseur de l’Europe”.

- Advertisment -