jeudi 20 juin 2024

Un Ptérosaure azhdarchoïde découvert au Maroc et en Angleterre

-

Les fossiles des lits du Crétacé moyen de Kem Kem, dans le Sud-est du Maroc, continuent d’offrir plus de précisions sur la diversité des ptérosaures de cette époque. Dans une nouvelle étude, publiée il y a quelques jours dans la revue Proceedings of the Geologists’ Association, trois chercheurs de l’Université de Portsmouth (Royaume-Uni) et de l’Université Hassan II (Maroc) reviennent ainsi sur la découverte d’un nouveau Ptérosaure azhdarchoïdes à partir de fossiles découverts en Angleterre et au Maroc.

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, l’extraction de phosphate pour la production d’engrais dans le Cambridge Greensand Member (CGM) de l’est de l’Angleterre a produit des milliers de fossiles en tant que sous-produits. Parmi ceux-ci se trouvaient plus de 2 500 os de ptérosaures, groupe de reptiles volants ayant vécu du Trias supérieur à la fin du Crétacé (225 à 65 millions d’années), dont certains sont devenus les holotypes de nouveaux taxons, expliquent les trois chercheurs dans leur étude. Cependant, un seul fragment de mâchoire édentée (CAMSM B54485) est devenu l’holotype d’Ornithostoma sedgwicki Seeley. «Jusqu’à récemment, ce spécimen et deux autres étaient les seuls fragments de mâchoire édentée connus du CGM, ou même de tout autre horizon du Royaume-Uni à cette époque», explique-t-on.

Les chercheurs ont ainsi procédé à un réexamen du matériel fossile du CGM pour découvrir trois autres fragments de mâchoire édentée de ptérosaure qui avaient été identifiés à tort comme des épines d’aileron de requin et des mâchoires de poisson. Deux de ces spécimens ont été référencés comme Ornithostoma sedgwicki, tandis qu’un troisième, CAMSM B40085, a été considéré comme représentant un nouveau taxon. En raison de la nature fragmentaire du spécimen, il a été jugé imprudent d’ériger un nouveau genre et une nouvelle espèce. L’étude décrit ainsi un spécimen supplémentaire du CGM présentant des similitudes avec CAMSM B40085, qui est comparé à des fossiles de mâchoires appelées «morphotype A» provenant du groupe Kem Kem du Crétacé moyen au Maroc.

Les chercheurs affirment que «les contours de la section transversale des fragments de mâchoires du CGM sont remarquablement similaires à deux fragments de mâchoires (décrits simplement comme le  » morphotype A « ) provenant du groupe Kem Kem (KKG) du Maroc». Des spécimens qui «diffèrent de tous les taxons nommés du gisement et ont été suggérés comme représentant un nouveau taxon, non encore nommé». Il existe toutefois quelques différences qui, avec les similitudes, «suggèrent que les spécimens CGM et KKG sont probablement congénères». La découverte permet ainsi aux chercheurs d’émettre l’hypothèse selon lequel les deux spécimens «pourraient représenter le même genre» et d’affirmer les similitudes entre les gisements CGM en Angleterre et le Kem Kem au Maroc.

A noter que l’auteur principal de l’étude est à l’origine d’une précédente découverte en février dernier, faisant état de neuf taxons nommés et au moins trois «morphotypes» de mâchoires distincts et encore sans nom de ptérosaures dans le groupe Kem Kem.

- Advertisment -