jeudi 20 juin 2024

Ait Taleb se réunit avec les centrales syndicales du secteur de la pharmacie

-

Le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Ait Taleb a tenu, jeudi à Rabat, une réunion avec les représentants des centrales syndicales du secteur de la pharmacie.

Lors de cette rencontre, les échanges ont porté sur les marges bénéficiaires réalisées par les pharmacies sur la vente des médicaments en plus de la situation de crise que connaît le secteur, notamment le blocage au niveau de la tenue de nouvelles élections du Conseil de l’Ordre des Pharmaciens.

A ce propos, M. Ait Taleb a déploré la non-tenue de ces élections depuis 2019 malgré les appels insistants sur l’importance d’organiser la profession.

Intervenant à cette occasion, le ministre a fait savoir que la marge de bénéfice du pharmacien d’officine est de 33,9% du Prix public de vente (PPV) pour la première tranche, sachant que ce pourcentage diminue pour les autres tranches du prix du médicament.

De même, la comparaison avec les autres pays n’est pas tout à fait juste et équitable, a-t-il poursuivi, précisant que le pharmacien dans les autres pays, contrairement au pharmacien marocain, bénéficie d’autres revenus supplémentaires hors la marge sur le médicament. Par voie de conséquence, le secteur vit une certaine crise, a-t-il relevé.

Aujourd’hui il existe environ 3.000 pharmaciens qui vivent dans des conditions économiques difficiles au sein de ce secteur, a-t-il fait observer, soulignant qu’une réforme est en train d’être menée pour accompagner le développement du secteur.

S’agissant des prix des médicaments, le ministre a expliqué que « si le gouvernement parle aujourd’hui du prix des médicaments, ça ne concerne pas la marge de bénéfice », précisant que les composantes du prix du médicament sont multiples.

Cette rencontre a été l’occasion pour lever toute ambiguïté et préparer une feuille de route d’action commune, a souligné le ministre.

Pour sa part, le président du Syndicat national des pharmaciens du Maroc, Abderrazak Mounfaloti s’est attardé sur la faible marge bénéficiaire des pharmaciens et la condition difficile de plusieurs professionnels de ce secteur, faisant savoir en outre que la marge net du pharmacien est de près de 8%.

Par ailleurs, le syndicaliste a indiqué que les revendications des pharmaciens portés lors de cette réunion s’articulent autour de l’impératif de lutter contre la vente de médicaments hors officines et de passer par le circuit conventionnel, en l’occurrence le laboratoire, le distributeur puis le pharmacien.

En ce qui concerne la grève nationale prévue ce 13 avril, M. Mounfaloti a assuré que les représentants des centrales syndicales vont se réunir pour prendre la décision adéquate à la lumière de cette rencontre.

Cette réunion vise à s’accorder sur les fondements d’une action commune avec le ministère afin de mener à bien la réforme de la profession de pharmacien, a-t-il assuré.

- Advertisment -