vendredi 21 juin 2024

Le pétrole s’envole après l’annonce d’importantes coupes de production

-

Les prix du pétrole bondissent lundi après l’annonce surprise par plusieurs grands pays exportateurs d’une réduction dès mai de leur production, présentée comme une « mesure de précaution » pour stabiliser le marché.

Dans les premiers échanges en Asie, le prix du baril de WTI américain grimpait de 5,74% à 80,01 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord de 5,67% à 84,42 dollars.

Cette coupe annoncée dimanche par l’Irak, l’Algérie, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Oman et le Koweït débutera en mai et perdurera jusqu’à la fin de l’année. Elle signifie au total une baisse de la production d’environ un million de barils par jour (bpj), soit la plus importante réduction depuis octobre.

Ryad va réduire sa production de 500.000 bpj, l’Irak de 211.000 bpj, les Emirats de 144.000 bpj, le Koweït de 128.000 bpj, l’Algérie de 48.000 bpj et Oman de 40.000 bpj, ont déclaré chaque pays via leurs agences de presse officielles respectives.

Ces baisses auront toutes lieu à partir de mai jusqu’à fin 2023. Elles ont lieu « en coordination avec certains pays membres de l’Opep et non membres de l’Opep », selon le ministère algérien de l’Energie.

Cette nouvelle baisse de la production, qui s’ajoute à celle décidée en octobre, intervient malgré des appels des Etats-Unis à augmenter le nombre de bpj, sur fond d’inflation galopante alors que la Chine, le pays le plus gourmand en or noir, rouvre son économie après s’être repliée sur elle-même pendant la pandémie de Covid-19.

L’annonce d’octobre avait été vécue comme un camouflet par Washington qui redoutait une envolée des prix des carburants sur fond d’inflation élevée.

Cette nouvelle coupe « intervient après que les prix du pétrole ont atteint en mars leur plus bas niveau en deux ans (…) à moins de 80 dollars pour le baril de Brent, un niveau inacceptable pour les membres de l’Opep+ », explique à l’AFP Ibrahim al-Ghitani, expert du marché pétrolier, basé aux Emirats.

Les réductions « changeront les mécanismes du marché et soutiendront les prix au-delà de leur niveau actuel », assure-t-il.

La demande en pétrole est menacée par « la perspective d’une haute inflation et des pressions récessionistes », signale Yesar al-Maleki, analyste au Middle East Economic Survey, mettant lui aussi en cause les remous suscités par la faillite de la banque américaine SVB et le sauvetage de Credit Suisse.

Si la nouvelle baisse « n’est pas entièrement inattendue », affirme l’expert, elle « comporte un élément de surprise, en ce qui concerne les volumes », car ceux-ci « s’ajoutent à la coupe de 2 millions de bpj consentie en octobre 2022 et prolongée jusqu’à fin 2023. »

– « Incertitude » –

Moscou a ainsi annoncé — par la voix de son vice-Premier ministre chargé de l’Energie, Alexandre Novak — continuer à réduire sa production de pétrole brut de 500.000 bpj jusqu’à la fin de l’année.

Membre de l’Opep+, M. Novak a évoqué une période d’ »incertitude » sur le marché de l’or noir, évoquant une « action responsable et préventive ».

Il s’agit d’une « mesure de précaution visant à soutenir la stabilité du marché pétrolier », a déclaré pour sa part un haut responsable du ministère saoudien de l’Energie, cité par l’agence saoudienne SPA.

Le ministre émirati de l’Energie Souhail ben Mohammed al-Mazrouei a évoqué quant à lui « une initiative volontaire », selon l’agence de presse officielle émiratie WAM.

Les mêmes termes ont été peu ou prou repris par le ministère algérien de l’Energie, pour qui la baisse relève d’une « réduction volontaire » et d’une « mesure préventive », d’après l’agence algérienne APS.

L’Opep, créée en 1960 et siégeant à Vienne, vise à « coordonner les politiques pétrolières » de ses membres pour assurer « des prix équitables et stables aux producteurs ». Elle a formé l’Opep+ en incluant de nouveaux alliés, dont la Russie et Oman.

- Advertisment -