samedi 22 juin 2024

Mondial 2030: l’Académie Mohammed VI, un des joyaux du dossier

-

Le Maroc se porte candidat pour l’organisation de la Coupe du Monde 2030 dans un dossier commun avec l’Espagne et le Portugal. Ce n’est pas la première fois que le Royaume manifeste son intérêt d’organiser l’événement planétaire, mais cette fois-ci, le Maroc est bien armé à tous les niveaux, y compris sportivement.

La candidature ibéro-marocaine pour l’organisation de la Coupe du Monde 2030 a été officialisée dans une lettre Royale adressée à la CAF et à la FIFA mardi dernier à Kigali.

Dans une première, le Maroc s’allie à deux pays voisins pour présenter une seule et unique candidature. Précédemment, pour organiser les éditions de 1994, 1998, 2006, 2010 et 2026, le Royaume se présentait seul avec quelques projets en cours et d’autres sur maquettes. Pour l’édition 2030, beaucoup de choses ont changé, que ce soit au niveau des infrastructures nécessaires au cahier des charges, où au niveau sportif qui est un complément non négligeable du dossier.

En effet, afin que la candidature soit éligible, tout pays doit remplir certains critères sportifs qui vont de paires avec les orientations de la FIFA, l’instance dirigeante de ce sport. Parmi ces critères, on retrouve l’intérêt porté au football féminin et à son développement, la promotion du sport roi auprès des jeunes et la formation. Pour ces trois volets, le Maroc aujourd’hui ne se contente pas de les faire avancer localement seulement, mais participe activement à leur développement sur le continent, d’où le prix de l’Excellence de la CAF, remis à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, lors de la cérémonie de mardi dernier à Kigali.

Parmi les réalisations qui ont vu le jour grâce à la vision du Souverain, on retrouve l’Académie de football qui porte son nom (AMF). Depuis la Coupe du Monde et l’éclosion de la révélation de la compétition Azzeddine Ounahi, en plus des grandes performances régulières de ses deux autres lauréats titulaires avec les Lions, Nayef Aguerd et Youssef En-Nesyri, l’AMF n’est plus à présenter.

Excellence et fantaisie

L’Académie Mohammed VI de football est un joyau dans le Maroc peut être fier. Fruit de la vision royale pour le football, sa première génération de lauréats fait aujourd’hui le bonheur de l’équipe nationale, de quelques clubs européens et de plusieurs clubs de l’élite marocaine.

Devenue référence en formation au fil des saisons, l’Académie Mohammed VI de football est aujourd’hui un symbole de l’excellence. Encore plus depuis que ses lauréats cités plus haut, ont mené les Lions de l’Atlas en demi-finale de la Coupe du Monde. Il y’a quelques semaines, le Tournoi International des moins de 19 ans de l’AMF est entré dans une nouvelle dimension à l’occasion de sa 5e édition.

Avec la présence de plus de 50 scouts représentants les plus grands clubs européens, le tournoi remporté par les Sénégalais de Génération Foot, s’est déroulé dans les meilleurs conditions en présence d’écuries pionnières en formation comme le Real Madrid, Anderlecht et le PSV Eindhoven. Le football marocain était quant à lui représenté par l’équipe de l’Académie et le Fath Union Sport, qui a perdu en finale (1-0).

Le secret de réussite de la formation Made In Morocco que prône l’Académie est tout d’abord dans l’exigence. Rien n’est laissé au hasard, et les joueurs sont scrutés et suivis de très près tout au long de leur formation.

« Depuis la Coupe du Monde et les performances des Lions de l’Atlas formés ici, il est vrai qu’on a plus de regards braqués sur l’Académie et son savoir-faire. Nous avons aussi cumulé assez d’expérience pour franchir un nouveau palier, les générations de joueurs qui arrivent sont tout aussi talentueuses, nous confiait Tarik Khazri, le responsable de recrutement au sein de l’AMF, en marge du tournoi.

Mais cette exigence ne bride pas pour autant la créativité des jeunes joueurs, tout au contraire. C’est une façon de les canaliser et optimiser leurs performances tout en leur laissant de la marge pour se montrer créatifs sur le terrain, car après tout, la créativité et la fantaisie ont toujours été des caractéristiques du joueur marocain.

Exemple à suivre

Pour l’Afrique comme pour les clubs marocains, l’Académie Mohammed VI de football est un exemple à suivre. Dans le professionnalisme irréprochable de ses composantes, mais aussi dans la détection des futures stars de demain.

« Depuis le Mondial, les joueurs marocains sont à la mode. Les joueurs de l’Académie étaient présents lors de l’exploit des Lions de l’Atlas au Qatar, du coup, sa réputation qui était déjà très bonne est montée en flèche. Il y’en aura d’autres jeunes qui vont percer, sans doute », nous confiait Samuel Boutal, ancien joueur français devenu scout, lors du match d’ouverture du tournoi international de l’AMF.

Ajouter une touche marocaine à une formation aux standards internationaux, c’est l’une des défis relevés avec brio de la part de l’Académie qui est devenue une référence en matière de détection.

« Pour nous, chaque joueur est un projet en soi. Nous devons l’accompagner tout au long du processus. De son arrivée, à son départ vers un club professionnel en prenant compte de son évolution qui diffère d’un cas à un autre », nous explique Khazri, l’homme qui a repéré un certain Youssef En-Nesyri, l’attaquant des Lions et du FC Séville.

« Nous gagnons également en expérience au fil des ans. Alors que l’Académie n’était qu’à ses débuts, elle a pu offrir des joueurs à l’équipe nationale comme Youssef et Hamza Mendyl. Lors de la dernière Coupe du monde, quatre de nos lauréats faisaient partie de l’effectif qui a créé l’exploit au Qatar. C’est une fierté oui, mais le travail continue avec les générations à venir, qui sont tout aussi talentueuses », conclut notre interlocuteur.

Avec cette réputation qui, aujourd’hui la précède, et l’intérêt des médias marocains et étrangers autour de la façon de faire de l’AMF, cette structure est la preuve que le Maroc avance dans le bon sens dans le développement du football et de sa promotion auprès des jeunes. Qui est en soi, un axe si important aux yeux de la FIFA et qui va sans doute, renforcer le dossier marocain. Car en plus de l’AMF, les clubs marocains s’activent pour achever les travaux de leurs académies, celles qui sont déjà prêtes produisent déjà quelques talents comme l’Académie du FUS, celle de Berkane ou encore l’AS FAR.

En septembre dernier, le Raja qui a toujours disposé de l’une des écoles les mieux réputées du continent, a inauguré sa propre et nouvelle académie suite aux travaux réalisés sur un terrain offert par Sa Majesté le Roi Mohammed VI au club vert, en récompense à sa performance (deuxième place ndlr) lors de la Coupe du Monde des clubs 2013, organisée au Royaume.

- Advertisment -