mercredi 19 juin 2024

Sahara marocain: Le président colombien a agi en « guérillero » faisant fi des intérêts de son pays

-

En reconnaissant l’entité fantoche de la « rasd », le président colombien, Gustavo Petro, a agi en « guérillero », faisant fi des intérêts de la Colombie avec un pays ami qu’est le Maroc, écrit le journal colombien La Patria.

Sous le titre « Maroc-Colombie, une amitié massacrée », le journaliste Andrés Hurtado rappelle que Petro a pris ses fonctions le 7 août dernier et trois jours plus tard, par l’intermédiaire du ministère des Affaires étrangères, il décide de « reconnaitre le front Polisario, en tentant de lui conférer le ‘statut’ de pays. Il semblerait qu’il y avait une urgence pour le faire ».

« En d’autres termes, Petro a procédé comme s’il était encore un guérillero, oubliant qu’il est le chef et le représentant d’un pays souverain qu’est la Colombie, un pays qui subit depuis de nombreuses années les horreurs et les aberrations de la guérilla meurtrière », a-t-il déploré.

Pour lui, « personne dans ce pays, pas même Petro bien sûr, ne voudrait qu’un autre pays s’allie au Nicaragua pour attaquer notre souveraineté et notre intégrité territoriale. Eh bien, c’est exactement ce que Petro a fait avec le Maroc ».

« Le polisario menace la souveraineté et l’intégrité territoriale du Maroc, notre grand allié en Afrique », poursuit M. Hurtado, notant que « face à cette aberration de Petro, le Sénat, réuni au complet le 19 octobre dernier, a approuvé à la majorité une résolution contre le gouvernement pour la barbarie commise contre un grand pays ami et allié (mots du Congrès) ». Sur les 108 sénateurs, 63 ont signé la résolution en question et ils sont les représentants des neuf partis qui soutiennent le gouvernement, à savoir : Parti libéral, Parti conservateur, Parti U, Alliance verte, Changement radical, Mira, Colombie Justa Libre, Centre Démocratique et la Ligue des dirigeants anti-corruption.

« Lorsque Roy Barreras (président du Sénat) a vu qu’il y avait beaucoup de sénateurs contre l’attitude erronée et malveillante du gouvernement colombien, il a décidé de ne plus accorder la parole » aux sénateurs qui se sont dressés contre l’atteinte à l’intégrité territoriale du Maroc, a-t-il rappelé.

L’article rappelle dans ce contexte le contenu de la résolution adoptée fin octobre dernier, et dans laquelle le Sénat colombien a exprimé son « rejet catégorique » et « son désaccord total » avec la décision de Petro, un ancien guérillero, de rétablir les relations diplomatiques avec l’entité fantoche de la « rasd », ce qui « va à l’encontre des principes fondamentaux de la diplomatie colombienne ».

M. Hurtado déplore la décision de Petro qui intervient alors que « ces dernières années, les relations entre la Colombie et le Maroc ont atteint un niveau optimal jamais vu auparavant… Au niveau bilatéral, l’excellence des relations entre nos deux pays s’est traduite par des événements concrets et extrêmement bénéfiques pour nos deux nations. Les liens touristiques, politiques, économiques, sociaux, académiques et humains se sont renforcés grâce aux accords et conventions signés entre Bogotá et Rabat ».

« Nous devons être reconnaissants que le Maroc soit le seul pays africain qui n’exige pas de visa pour les Colombiens pour accéder à son territoire. Le Maroc était le seul pays invité à la foire nationale de l’artisanat colombien et, comme l’affirment les sénateurs, c’est un pays clé pour l’agriculture colombienne », puisqu’il est un des plus grands producteurs de phosphates au monde.

L’auteur de l’article rappelle que « ce pays africain, comme l’ont affirmé les sénateurs, représente un partenaire stratégique et privilégié de la Colombie en Afrique et dans le monde arabe, compte tenu de son leadership et de la reconnaissance dont il jouit au niveau régional, continental et mondial ».

« Petro, on le sait, s’immisce – et dans le mauvais sens – dans les affaires intérieures de pays qui ne partagent pas son idéologie. Pour le reste, il convient de rappeler que le Sénat représente les Colombiens et que deux de nos ministres des affaires étrangères ont effectué au Maroc leur première et unique visite en Afrique. Petro, d’un trait de plume, nous a fait prendre le risque de perdre un grand ami, avec qui nous entretenons des relations depuis près d’un demi-siècle », conclut M. Hurtado dans cette tribune publiée par La Patria.

- Advertisment -