mercredi 19 juin 2024

Revue de presse quotidienne de ce vendredi 27 janvier 2023

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi 27 janvier 2023:

L’Economiste

Le délai de dix jours accordé par le ministre de la Santé aux syndicats représentant les médecins pour l’approbation du modèle de convention sur la généralisation de la couverture médicale a déjà expiré. Les syndicats concernés ont déjà transmis leurs propositions. En tout cas, il est question de porter la tarification nationale de référence relative aux prestations des médecins généralistes à 200 DH et des spécialistes à 300 DH. Les médecins s’attendent aussi à obtenir la possibilité de dépasser ces plafonds lorsque c’est nécessaire. La question du délai de remboursement et du versement des honoraires est à l’ordre du jour des discussions. Les blouses blanches réclament de recevoir leurs honoraires de la part des caisses de prévoyance sociaux dans un délai d’un mois maximum après avoir accompli leurs actes au niveau des cliniques.

Les conditions de délivrance et le contenu du certificat de signature électronique viennent d’être fixés par un décret émanant de trois départements: finances, justice et défense nationale (article 9 de la loi N°43-20 relative aux services de confiance). Le certificat devra donc comporter, entre autres, un code d’identification unique, le nom ou la raison sociale du prestataire de service de confiance, sa date de validité, … Le décret, qui arrête également les données et informations figurant dans le cachet électronique, entre en vigueur en juillet prochain, soit six mois après sa publication au Bulletin officiel.

Pratiquement une décennie après le lancement du plan de développement, Casablanca ne ressemble toujours à rien! Des milliards de dirhams dépensés afin d’améliorer le cadre de vie des Casablancais. Mais ces derniers ne voient toujours pas d’impact réel sur leur quotidien. La capitale économique, qui se veut un hub financier, n’a pas réussi sa transformation. A Rabat, le programme ville lumière (2015-2020) approche de sa fin avec l’achèvement de la quasi-majorité de ses projets, dont le budget s’élève à 10 milliards. Alors que Casablanca, avec un budget 3 fois plus important (plus de 34 milliards de DH), est toujours à la traîne. La capitale est dotée, entre autres, d’une gare routière de dernière génération. Alors que Casablanca se contente d’une gare vétuste et hors normes, devenue un repère de SDF et un danger pour voisinage immédiat.

Le Matin

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a mis en avant, à Diamniadio au Sénégal, la politique publique importante dans le secteur agricole au Maroc, menée sous l’impulsion et le leadership de SM le Roi Mohammed VI, en évoquant, à cet égard, le rôle joué par le Plan Maroc Vert et la nouvelle stratégie « Génération Green » dans la transformation et le développement de ce secteur. Le Chef du gouvernement, qui intervenait lors du 2-ème Panel de Haut niveau ayant réuni des Chefs d’Etat et de responsables gouvernementaux africains, organisé dans le cadre du premier jour du Sommet Dakar 2 sur la souveraineté alimentaire, ouvert mercredi à Diamniadio, à 30 km de Dakar, a rappelé qu’il y’a eu deux « étapes importantes dans l’histoire de l’agriculture marocaine ces dernières années », à savoir, d’abord, le Plan Maroc Vert qui s’est terminé en 2020 et pour lequel 13 milliards de dollars ont été investis pendant 10 ans, avec un financement obtenu auprès des institutions de près de 4 milliards de dollars.

L’Organisation des Nations unies, qui a publié son «Rapport sur la situation et les perspectives de l’économie mondiale en 2023», table sur une croissance du PIB marocain de 3,6%, soit la prévision la plus optimiste, après celle du gouvernement (4%). Elle est, en effet, supérieure aux prévisions de la Banque mondiale (3,5%), du Haut-Com- commissariat au Plan (3,3%), de Bank Al Maghrib (3%) et du Fonds monétaire international (3%). Pour l’inflation, l’Organisation s’attend à un taux de 5% cette année et 3,9% en 2024 au Maroc.

Malgré le fort engagement du gouvernement et de la société civile, beaucoup de travailleurs domestiques rechignent à adhérer à la CNSS, de peur de perdre les avantages que leur conférait le Ramed. Pour surmonter cette situation, le gouvernement a fait part de son intention de financer une partie de la déclaration à la CNSS. Selon Younes Sekkouri, l’Exécutif compte affecter un budget spécial à cet effet dans le cadre de la loi de Finances 2024, au profit d’une population de l’ordre de 150.000 individus.

L’Opinion

Le manque de confiance des ménages dans l’avenir, conjugué à la hausse des taux de crédits bancaires, se reflète sur le marché immobilier, comme en témoigne le tableau de bord mensuel sur les crédits et dépôts bancaires de Bank AL-Maghrib (BAM) qui fait état d’une baisse des prêts immobiliers de 3,3% par rapport au mois précédent. Alors que la morosité de la conjoncture s’aggrave, les ménages hésitent à passer à l’acte d’achat, craignant, d’une part, la dégradation du pouvoir d’achat, et, d’autre part, la mise en arrêt des chantiers immobiliers. Car oui, le secteur de la construction est en net repli, à cause du renchérissement des intrants et du manque de visibilité, accentuant la réticence des investisseurs. Faut-il acquérir un bien maintenant, ou attendre des jours meilleurs?

Le vernissage de l’exposition temporaire « Dar As-Sikkah : Art et Savoir-faire », qui offre l’occasion de découvrir les aspects très peu connus liés à la conception des billets et des pièces de monnaie, a eu lieu au musée de Bank Al-Maghrib de Rabat. L’exposition, qui s’inscrit dans le cadre de la célébration du 20ème anniversaire du musée de Bank Al-Maghrib, clôture le parcours des 4 expositions organisées sous le thème “Art et Monnaie”. Elle permet au visiteur de découvrir les caractéristiques artistiques que recèlent des billets et des pièces de monnaie. “L’existence d’un hôtel de la monnaie, en l’occurrence Dar As-Sikkah au Maroc, est d’abord une preuve d’une intégrité et d’une autonomie fiduciaire”, a relevé Nadia Sabiri, commissaire de l’exposition, dans une déclaration à la presse.

Les Inspirations Éco

Présidant l’ouverture de l’atelier de haut niveau sur «Le programme de performance du secteur public: Ennajaa», Fouzi Lekjaa, ministre délégué auprès de la ministre de l’Economie et des finances, chargé du Budget, a souligné l’importance de la programmation budgétaire triennale dans le renforcement de la performance de la gestion publique. Il a en ce sens rappelé les différentes actions menées pour la mise en œuvre d’un cadre de programmation triennale. Un prêt de 450 millions de dollars a été accordé par la Banque mondiale dans le cadre du programme de performance du secteur public marocain Ennajaa. Dans une déclaration aux Inspirations ÉCO, Jesko Hentschel, directeur pays de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte, a souligné la nécessité d’utiliser des revenus de manière efficace dans ce programme.

Le transporteur ferroviaire est déterminé à rattraper sa trajectoire de croissance pré-Covid. Pour y parvenir, l’Office national des chemins de fer (ONCF) a élaboré son budget 2023 sur la base de la maîtrise des dépenses pour faire face aux fluctuations et incertitudes liées aux prix des matières premières et à l’inflation. L’ONCF table ainsi sur un chiffre d’affaires (CA) de 4,38 milliards de dirhams (MMDH) en progression de 9% par rapport à 2022. Ce chiffre se base sur des prévisions de trafic «voyageurs» de presque 48 millions de passagers, en hausse de 7% par rapport aux prévisions de clôture de l’exercice 2022. L’opérateur prévoit aussi une augmentation de 9% du tonnage marchandises à 23 millions de tonnes. Pour 2023, le bras ferroviaire de l’Etat envisage d’accélérer ses investissements dans la mobilité.

L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) a signé, à Londres, un partenariat record avec EasyJet Group détenteur de EasyJet Airlines et du tour-opérateur EasyJet holidays. « Cet accord est historique pour la destination Maroc. La compagnie aérienne dispose d’une véritable expertise sur le marché européen, notre premier bassin émetteur de touristes. Ce qui nous conforte dans notre stratégie offensive sur nos marchés cibles », a souligné Adel El Fakir, Directeur Général de l’ONMT, cité dans un communiqué de l’ONMT.

Maroc Le Jour

Le Maroc a réalisé des avancées considérables avec l’équipement de plus de 750.000 ha d’installations d’irrigation économes en eau, a indiqué, à Dakhla, le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohammed Sadiki. Dans une allocution lue en son nom par le Secrétaire général du département de l’Agriculture, Redouane Arrach, à l’ouverture de la 10ème conférence internationale sur la micro-irrigation (10IMIC), Sadiki a souligné que les stratégies agricoles du Plan Maroc Vert 2008-2020 et de Génération Green 2020-2030, ont placé la maîtrise de l’usage de l’eau en agriculture au cœur des mesures adoptées.

Al Massae

Les prix de certains légumes ont grimpé en flèche ces derniers jours, pour s’ajouter à la liste des produits de grande consommation ayant connu une hausse des prix sans précédent. En plus d’autres légumes, les tomates et les oignons ont vu leur prix monter ces derniers jours sur le marché marocain. La montée des prix de ces deux légumes préoccupe davantage les ménages pauvres, qui utilisent très fréquemment ces deux denrées dans leurs plats. Avec cette hausse excessive, qui s’ajoute à la montée des prix des autres produits de première nécessité, les bourses des consommateurs marocains s’épuisent d’un jour à l’autre à tel point que de nombreux ménages sont devenus incapables d’acheter ce dont ils ont besoin.

- Advertisment -