samedi 22 juin 2024

Pour Alger, le « complexe marocain » est passé de la politique au sport

-

Le complexe marocain pour l’Algérie est passé de la politique au sport, a affirmé l’écrivain et journaliste libanais Khairallah Khairallah, notant que le régime d’Alger a inventé toutes les raisons pour que l’équipe marocaine de football ne participe pas au Championnat d’Afrique des joueurs locaux disputé en Algérie (CHAN2022).

Sous le titre, « Le Maroc, d’un complexe algérien à une obsession », publié dimanche par le journal londonien « Alarab, » le journaliste libanais souligne qu’en raison de son incapacité de se soucier de ses affaires intérieures et de son peuple, le régime militaire d’Alger s’obstine à poursuivre sa guerre contre le Maroc pour continuer sa fuite en avant.

Cette opération révèle une incapacité de se débarrasser d’un complexe marocain qui domine le régime d’une part, et d’une incapacité de s’occuper d’un peuple privé de tous ses droits d’autre part, poursuit-il.

« Les militaires qui gouvernent l’Algérie qui ont une nouvelle fois mis au jour leur obsession marocaine craignent cette fois qu’une équipe marocaine vienne en Algérie pour participer à un tournoi africain, » relève Khairallah Khairallah, notant qu’ils ont craint que « les citoyens algériens se mettent à encourager les Lions de l’Atlas comme ils l’ont fait au Mondial du Qatar ».
Rappelant la fermeture par l’Algérie de son espace aérien aux avions marocains depuis le 22 septembre, le journaliste explique que cette décision faisait suite au soutien grandissant international, arabe et européen à la position du Maroc dans le dossier du Sahara marocain.

« La position américaine reconnaissant la marocanité du Sahara a été un tournant au niveau mondial, qui est intervenu à un moment où le Maroc a réalisé d’importantes percées dans ce dossier sur les plans africain, arabe et mondial, » ajoute-t-il, faisant observer que « cette réalité a irrité le régime algérien qui avait la possibilité de rejoindre les pays reconnaissant la marocanité du Sahara et jouir de bonnes relations avec le Maroc pour profiter de son expérience en matière de développement, d’infrastructures, d’urbanisme et d’éducation ».

Pour lui, « ce n’est pas une honte pour le président algérien et ses ministres de venir au Maroc avec les officiers qui gouvernent réellement l’Algérie, pour voir ce qui se passe sur le sol marocain et les conditions du peuple, y compris la classe pauvre dont la situation s’est nettement améliorée au cours des vingt dernières années ».

Dans ce sens, le journaliste libanais note qu’il est vrai qu’il existe des problèmes au Maroc, mais les autorités et à leur tête Sa Majesté le Roi Mohammed VI, traitent ces problèmes avec franchise au lieu de fuir vers l’avant, notant que les problèmes du Maroc sont traités avec une grande transparence en vue de parvenir à des solutions.

« Le Maroc oeuvre à résoudre ses problèmes dans le cadre d’une confiance mutuelle entre le Roi et Son peuple, toutes catégories et toutes régions confondues, » conclut Khairallah Khairallah.

- Advertisment -