jeudi 20 juin 2024

Brésil : Arrestation d’un ancien ministre de Bolsonaro

-

 La police fédérale a arrêté, samedi à Brasilia, Anderson Torres, ancien ministre de la Justice du gouvernement de Jair Bolsonaro, dans le cadre de l’enquête sur la tentative de « coup d’État » contre l’actuel président, Luiz Inácio Lula da Silva.

L’ancien ministre a été appréhendé par les autorités à l’aéroport international de Brasilia à son arrivée de Miami, ont déclaré ses avocats à des médias locaux.

Torres était secrétaire à la sécurité du district fédéral de Brasilia lorsque des milliers de partisans de l’extrême droite ont envahi et vandalisé dimanche dernier les sièges du Congrès, de la Cour suprême et de la présidence.

L’avion dans lequel voyageait l’ancien ministre est arrivé vers 7h30 heure locale (GMT-3) à l’aéroport de Brasilia où Torres était attendu par la police fédérale.

Le mandat d’arrêt contre l’ancien fonctionnaire a été émis mardi dernier par Alexandre de Moraes, un magistrat de la Cour suprême, pour « omission présumée ». La décision a été entérinée plus tard en plénière de la plus haute juridiction du pays.

Torres a pris ses fonctions de secrétaire à la Sécurité publique de Brasilia le 2 janvier et cinq jours plus tard, il est parti en vacances aux États-Unis, il n’était donc pas dans le pays au moment des incidents qui ont fait le tour du monde.

En apprenant la décision du magistrat, l’ancien ministre a annoncé qu’il reviendrait au pays pour se présenter devant la justice et prouver son innocence, assurant qu’il y avait un plan d’urgence en cas d’actes violents lors des manifestations.

« Je crois en la justice brésilienne et en la force des institutions. Je suis sûr que la vérité l’emportera », a-t-il écrit sur ses réseaux sociaux.

La veille, le ministre de la Justice, Flávio Dino, avait affirmé que si Torres ne rentrait au Brésil que lundi, le gouvernement demanderait son extradition auprès des autorités américaines.

En plus du mandat d’arrêt, le juge Moraes a également ordonné une perquisition au domicile de Torres, où la police a trouvé le projet d’un décret présidentiel pour intervenir devant le Tribunal électoral supérieur et « corriger » le résultat des élections présidentielles, que Bolsonaro a perdu au profit de Lula par une différence de 1,8 point de pourcentage.

L’ancien ministre de Bolsonaro a soutenu que « le document a été saisi alors qu’il n’était pas chez lui et a été présenté hors contexte pour alimenter de faux récits » contre lui.

Quelques heures après les incidents de Brasilia, Anderson Torres s’est exprimé sur les réseaux sociaux, en condamnant les attaques et rejetant toute collusion avec les vandales.

« Je regrette profondément que des hypothèses absurdes soient émises sur une quelconque collusion de ma part avec les barbaries auxquelles nous assistons », avait-t-il affirmé.

- Advertisment -