lundi 17 juin 2024

Santé et cosmétiques: L’imaginaire « effet bonne mine » du make-up

-

 Crayon à lèvres pour sculpter les contours, rouge à lèvre pour repulper les lèvres, mascara pour déployer les cils ou le highlighter pour donner de l’éclat au visage sont les incontournables du quotidien féminin pour un look irréprochable et un effet bonne mine.

Le marché de la beauté se porte mieux que jamais avec des innovations promettant des produits non toxiques, plus inclusifs et permettant aux jeunes de laisser libre cours à leur imagination et d’exprimer leur créativité sur les réseaux sociaux. Au fil des ans, l’industrie cosmétique a connu un essor considérable avec des prévisions pour le marché marocain estimées à 1,93 milliard de dollars d’ici 2025, selon le cabinet « Research and Markets ». Cette croissance est attribuée à la demande continue de produits de haut de gamme, principalement tirée par l’intérêt croissant des Marocains aux produits de beauté, l’achat en ligne et l’amélioration du pouvoir d’achat.

Les ventes des cosmétiques ont connu une baisse durant le 1er trimestre de la crise du coronavirus, comme l’affirme le cabinet McKinsey dans son rapport « How COVID-19 is changing the world of beauty ». Toutefois, les ventes de maquillage pour les yeux ont connu une explosion, atteignant les 150% selon la plateforme électronique Alibaba.

L’utilisation obligatoire du masque sanitaire a contribué à cet engouement pour la beauté des yeux, comme l’atteste le fournisseur de données mondiales « statista.com », qui montre une hausse d’environ 1.000% des ventes de faux cils magnétiques aux États-Unis entre février et mars 2020.

Si le maquillage peut booster le moral de certaines femmes, il peut aussi, selon une étude psychologique dirigée par Nancy L. Etcoff de la Harvard Medical School, changer le jugement des gens sur la femme qui est perçue comme plus attirante, compétente et digne de confiance. Mais cette quête ultime de la perfection et de la beauté n’est pas sans conséquences sur la santé. En effet, un usage prolongé et abusif du maquillage peut entraîner certains effets nocifs, notamment sur la peau, comme l’irritation cutanée.

Selon l’étude « Fluorinated Compounds in North American Cosmetics », publiée en 2021 dans le magazine « Environmental science and technology Letters », des substances per- et polyfluoroalkylées (PFAS), (des produits chimiques synthétiques, ndlr), sont ajoutées aux cosmétiques pour augmenter leur durabilité et leur résistance à l’eau.

S’agissant du plomb, une substance toxique qui s’accumule dans l’organisme et a une incidence sur de multiples systèmes organiques, l’établissement américain Food and Drug Administration (FDA) a analysé 685 bâtons de rouges à lèvres disponibles sur le marché américain en 2017 et mesuré leur teneur en plomb.

Ces recherches ont révélé que plus de 99% des cosmétiques analysées contenaient moins de 10 ppm (partie par million) de plomb et que les fabricants sont capables de limiter la teneur en plomb à moins de 10 ppm s’ils sont vigilants dans la sélection des ingrédients et s’ils appliquent scrupuleusement les bonnes pratiques en la matière.

Ces analyses attestent de la teneur d’un seul produit en plomb, alors que d’après l’ONG américaine « Environmental Working Group », les femmes utilisent en moyenne et quotidiennement 12 différents produits par jour, allant du shampoing jusqu’au déodorant, en passant par le parfum, le mascara et le rouge à lèvres, qui contiennent 168 produits chimiques. Pour l’amour de la beauté et des couleurs, il est possible de limiter et réduire son exposition aux produits toxiques et chimiques, en adoptant des gestes plus sains. Il est, ainsi, recommandable d’éviter les cosmétiques de provenance inconnue, de choisir des produits renseignant sur les ingrédients utilisés, surtout la fragrance, et de se tourner vers les soins fabriqués chez soi ou de sources naturelles.

Il est également conseillé d’utiliser des solutions digitales pour déchiffrer la toxicité des produits comme l’application « clearya.com » et les sites internet « safecosmetics.org », « skincarisma.com » ou « incidecoder.com ».

En cosmétique, l’innovation est le maître-mot avec une légion de nouveaux produits qui font la une des tabloïds, incitant les consommateurs à suivre aveuglément une tendance extravagante dans le monde de la beauté, devenue tour à tour symbole d’émancipation ou de soumission à un diktat du marché.

- Advertisment -