vendredi 14 juin 2024

Attaque à Paris : le suspect, William M., présenté ce lundi à un juge d’instruction

-

La garde à vue de William M., soupçonné d’avoir tué trois Kurdes vendredi à Paris, a pu reprendre dimanche, à 16 h 25. Il sera présenté ce lundi à un juge d’instruction en vue d’une mise en examen, a indiqué dans un communiqué le parquet de Paris.

Arrêté sur les lieux de l’attaque, dans le Xe arrondissement de Paris, William M. avait été immédiatement placé en garde à vue vendredi. Celle-ci avait toutefois été levée samedi pour raisons de santé. « Le médecin qui a examiné le mis en cause ce jour en fin d’après-midi a déclaré que l’état de santé de l’intéressé n’était pas compatible avec la mesure de garde à vue », avait justifié le parquet de Paris. Le suspect avait été ainsi « conduit à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police. »

Une « haine des étrangers »

Avant la levée de sa garde à vue, William M., 69 ans, avait reconnu une « haine des étrangers devenue pathologique » depuis un cambriolage dont il a été victime en 2016, a indiqué dimanche la procureure de Paris, Laure Beccuau. « Avant de me suicider, j’ai toujours eu envie d’assassiner des migrants, des étrangers, depuis ce cambriolage », a-t-il déclaré en audition, se décrivant comme « dépressif » et « suicidaire ».

Pendant sa garde à vue, William M., déjà arrêté pour s’être attaqué à des migrants avec un sabre il y a un an, s’était montré bavard sur ses intentions. Tôt vendredi, il s’était ainsi rendu à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) avec son arme, « un pistolet automatique Colt 45 », avant de renoncer à passer à l’acte, « compte tenu du peu de monde présent et en raison de sa tenue vestimentaire l’empêchant de recharger son arme facilement », a détaillé la procureure.

C’est quelques heures après qu’il se rendra rue d’Enghien, dans le Xe arrondissement, où il connaissait l’existence d’un centre culturel kurde. Il y fera trois morts. William M. avait « l’intention d’utiliser toutes les munitions et de se suicider avec la dernière balle », mais a été stoppé par plusieurs personnes dans un salon de coiffure proche avant d’être arrêté par la police, a également indiqué Laure Beccuau.

- Advertisment -