dimanche 23 juin 2024

En Chine, un hôpital en première ligne face aux décès du Covid

-

Trois ans après l’apparition des tout premiers cas de coronavirus, le pays fait face à une explosion de malades, depuis la levée soudaine début décembre de la plupart des restrictions sanitaires en vigueur.

A Chongqing, ville-province tentaculaire du sud-ouest de la Chine, le hall d’entrée de l’Hôpital No.5 est transformé en salle de fortune pour patients atteints de Covid, a constaté l’AFP.

Du ruban de signalisation rouge et blanc délimite l’espace où une dizaine de malades, âgés pour la plupart, sont sous perfusion, allongés sur des lits.

Dans une pièce voisine, une quarantaine de personnes patientent sur des canapés ou des brancards, en attendant de recevoir des soins. Certains toussent. Une infirmière assure que tous sont positifs au Covid-19. A proximité, trois malades sont sous assistance respiratoire et surveillance cardiaque, dans une unité de soins intensifs.

Au même moment, une cinquantaine de personnes font la queue aux urgences. L’une d’elles dit à l’AFP patienter depuis plus d’une heure. Dans un autre établissement plus modeste de Chongqing, qui compte plus de 30 millions d’habitants, une trentaine de personnes âgées s’entassent aux urgences.

Dans le premier établissement visité par l’AFP, un agent d’entretien et une infirmière évoquent plusieurs décès chaque jour depuis la levée des restrictions sanitaires, il y a plus de deux semaines. Il n’est pas clair si le Covid en est la cause principale. « Regardez, ce vieil homme vient de mourir », soupire l’agent d’entretien, montrant du doigt l’emplacement vide où se trouvait un lit quelques instants plus tôt.

Des statistiques floues

Cette flambée inédite de Covid en Chine fait craindre une forte mortalité chez les plus âgés, particulièrement vulnérables mais aussi moins vaccinés.

Dans un crématorium du sud de Chongqing, 40 corps ont été déchargés jeudi en l’espace de deux heures, a constaté une équipe de l’AFP. Là encore, le lien avec le Covid est difficile à établir, mais plusieurs proches des défunts soupçonnent le virus. Une femme affirme qu’un parent, enrhumé, est décédé avant même l’arrivée d’une ambulance.

Une autre d’une vingtaine d’années rend le Covid responsable de la mort de son père. L’homme n’a cependant pas été testé, le dépistage n’étant désormais plus obligatoire. « Il est parti trop vite », dit-elle en sanglots. « Il avait déjà des problèmes pulmonaires il n’avait que 69 ans ».

- Advertisment -