dimanche 21 avril 2024

L'Argentine demande à la Pékin d’arrêter et d’extrader un ex-ministre iranien accusé d'implication dans l'attentat contre l'AMIA

-

L’Argentine a demandé à Pékin l’arrestation de l’ex-ministre des Affaires étrangères iranien (1981-1997), Ali Akbar Velayati, en vue de son extradition et de son procès pour l’attentat contre l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA) à Buenos Aires en 1994, qui avait fait 85 morts.

 

Dans un communiqué publié sur son site web, le ministère argentin des Affaires étrangères a annoncé avoir transmis un mandat signé par le juge fédéral, Rudolfo Canicoba Corral, chargé de l’enquête sur l’attentat de l’Amia, aux autorités chinoises, où est attendu M. Velayati, qui occupe aujourd’hui les fonctions de conseiller spécial pour les affaires étrangères auprès du guide suprême iranien.

La justice argentine accuse Velayati et d’autres concitoyens d’avoir planifié cet attentat qui avait également fait 300 blessés.

Le juge avait soumis une demande similaire, mercredi, aux autorités russes.

Par ailleurs, le ministre argentin des Affaires étrangères, Jorge Faurie, et l’ambassadeur de l’Argentine en Russie, Ricardo Lagorio, avaient eu des entretiens avec les autorités russes concernant la demande d’arrestation et d’extradition du responsable iranien vers l’Argentine, où il est accusé d’être « l’auteur intellectuel » de l’attentat le plus grave de l’histoire du pays sud-américain.

 

- Advertisment -