mardi 23 avril 2024

Procès des détenus d'Al Hoceima : un autre fonds de commerce pour Mounib et Jamaât Al Adl Wal Ihssane

-

Jamais un procès pénal n’a été exploité à outrance par des personnes et des groupuscules (tels Jamaâ Al Adl Wal Ihssane, PSU, et le parti de la Voie démocratique..) qui sont à court de popularité et de crédibilité, que celui des détenus impliqués dans les événements d’Al-Hoceima, condamnés par la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca  à des peines allant jusqu’à 20 ans de prison.

 En effet, Nabila Mounib, secrétaire général du Parti socialiste unifié (PSU), qui a multiplié les sorties médiatiques ces derniers temps, a trouvé dans l’affaire Zafzafi et consorts une aubaine pour  redorer le blason de son parti, qui vit en état de mort clinique.

Seulement voilà, Nabila Mounib n’a réussi à drainer pour sa manif, ce dimanche à Casablanca, que quelques centaines de personnes, qui ont répondu à l’appel de la bourgeoise réélue le 3 février 2018 Secrétaire Générale du (PSU) pour un deuxième mandat.

Malgré  son appel et ses invitations à l’ensemble des partis politiques et organisations de défense des droits de l’Homme à participer à la marche de ce dimanche  8 juillet à Casablanca, en soutien dit-elle aux détenus du mouvement d’Al-Hoceima, ses tentatives on fait pschitt. Et pour cause, le peuple que Mounib et consorts ne cessent de prétendre être ses représentants légaux, n’a pas voulu participer à une exploitation politicienne d’un procès purement pénal et qui n’a rien  à voir avec une quelconque liberté d’expression ou autres motifs colportés par Nabila Mounib et sa cliques..

Après l’échec de la marche de Mounib, vient alors le tour de la nébuleuse de Abdeslam Yassine, Jamaâ Al Adl Wal Ihssane, qui prépare une descente dans les rues de Rabat, le 15 juillet courant, pour les mêmes motifs avancés par Mounib et ses camarades.

Les objectifs de la Jamaa sont connus de tous le monde, ainsi que  ses antécédents dans le domaine de l’exploitation des événements et manifestations à caractère purement social, comme tremplin afin de faire ses démonstrations de force dans la rue et faire passer ainsi ses messages qui ne sortent pas du registre du chantage..

 Cette dernière sortie ratée, de la Jamaa et de Mounib et consorts est un témoignage de plus que, ces groupuscules  tentent chaque fois d’élargir les zones de protestations dans différentes régions du Royaume et exploiter tout mouvement social pour aggraver la situation, et ce pour pallier à l’état d’impasse vécu par ces organismes et la faiblesse de leur discours politique..

Pour Mounib et la Jamaa, l’affaire Zafzafi et codétenus est loin d’être leur vraie préoccupation, ni d’ailleurs  tous les autres mouvements de contestation que connait le Royaume. Cette affaire n’est qu’un fonds de commerce que ces groupuscules exploitent pour des intérêts personnels autres que ceux des détenus d’Al-Hoceima.

 

- Advertisment -