lundi 22 avril 2024

Ouverture à Rabat de la première réunion annuelle de la Plateforme Africaine des Villes Propres

-

Les travaux de la première réunion annuelle de la Plateforme Africaine des villes propres (ACCP) se sont ouverts, mardi à Rabat, avec la participation de plus de 31 pays africains.

 

La réunion est organisée par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) en partenariat avec le ministère de l’Intérieur, le ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, le Secrétariat d’Etat chargé du Développement Durable, le ministère de l’Environnement du Japon, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), l’ONU-Habitat et la ville de Yokohama.

La session d’ouverture de cette réunion qui se tient jusqu’au 28 juin est co-présidée par le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit et le ministre d’Etat chargé de l’environnement du Japon, Tadahiko Ito, avec la présence du ministre de l’Energie, des mines et du développement durable, Aziz Rabbah, et de la secrétaire d’Etat auprès du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mounia Boucetta.

Cet événement constitue une occasion pour les participants de discuter de la pression environnementale sur les villes africaines qui devient, en raison de la croissance de la population, du développement économique et de l’évolution du rythme de l’urbanisation, de plus en plus importante, notamment dans le secteur des déchets dont la mauvaise gestion peut entrainer des effets néfastes sur les conditions d’hygiène et de santé des populations.

Lancée officiellement par la déclaration de Maputo prononcée à l’occasion de la réunion préparatoire qui s’est tenue en avril 2017 au Mozambique, la Plateforme africaine des villes propres s’est ouverte aux gouvernements nationaux et locaux, aux villes, aux ONG, ainsi qu’aux organisations internationales et s’est assignée comme objectif principal la promotion des objectifs de développement durable (ODD) à travers notamment la mise en réseau et le partage des connaissances en matières de gestion des déchets entre les différents pays africains dans la perspective de villes propres et saines à l’horizon de 2030.

Au Maroc, la politique de développement du secteur des déchets, adoptée à travers le lancement en 2008 du Programme national des déchets ménagers (PNDM), a permis à de cumuler une expérience en matière de collecte et d’enfouissement des déchets se traduisant par un taux de collecte en milieu urbain de 86% et un taux d’enfouissement de plus de 51% ce qui a permis l’amélioration du cadre de vie du citoyen et de l’environnement en général.

Dans l’objectif de renforcer les acquis de cette expérience, une étude sur la stratégie nationale de traitement et de valorisation des déchets est en cours de lancement avec l’appui de la coopération japonaise en vue d’élaborer des directives pour la sélection et la mise en œuvre de procédés de traitement et de valorisation qui prennent en considération la nature du déchet marocain et les spécialités de chaque région.

Le premier jour de cette réunion sera consacré au partage des connaissances sur la gestion des déchets au Maroc, tandis que les deux autres jours seront dédiés respectivement au “partage des connaissances sur la collecte de données pour les ODD et les partenariats public-privé” et au “financement de l’amélioration de la gestion des déchets en Afrique et le plan d’action de l’ACCP”.

 

- Advertisment -