mardi 23 avril 2024

France : une pétition réclame de reconduire Adnane et Dounia Filali hors du territoire

-

Adnane Filali et sa femme Dounia Moustaslim sont Arrivés en France en juillet dernier, après avoir passé plusieurs années à Hong Kong et en Chine, où ils avaient fait de l’exportation de produits contrefaits et défectueux leur activité commerciale première. Mais voilà que leur arrivée à Paris a causé une vive polémique ; et  pour cause, ce couple qui constitue un cas d’école de la supercherie et de l’arnaque financière, a demandé l’asile politique en France, prétendant que leurs vies étaient en danger !

En effet, avant de sombrer dans des postures radicales, Adnane et Dounia Filali prenaient publiquement position pour l’intégrité et la réputation des institutions marocaines. Rien qu’en 2019 et début 2020, ce couple faisait encore de l’affaire Hamza mon BB, celle d’un compte Snapshat et Instagram qui révélait des informations compromettantes sur des stars marocaines, leur fonds de commerce.

Mais comment se fait-il que ce couple ait effectué ce virage à 180 degré ? Que s’est-il passé pour que son discours, et ses convictions, changent radicalement?

Tout s’est passé, le 10 mai 2021, quand Dounia Filali a commencé à s’essayer dans un tout autre exercice de style, passant de la défense de la monarchie marocaine, de l’intégrité et de la réputation des institutions nationales,  pour verser dans la dissidence politique et l’acharnement contre le régime marocain.

Les dessous de cette volte-face et les motivations qui ont amené ce couple de privilégiés à basculer du côté d’une prétendue opposition, ont une relation avec l’appât du gain et la crainte de voir s’interrompre les bénéfices d’un business juteux, et point de convictions politiques, ni engagement sociétal.

En effet, le 12 novembre 2020, soit un peu moins d’un mois après l’interruption de leur business en Chine, le couple Filali dépose une demande d’asile politique auprès du Haut Commissariat aux réfugiés des Nations Unies en Chine, une demande  restée vaine et classée faute d’éléments probants. Puis, le 22 juillet 2021, c’est cette fois-ci vers la France que les Filali mettent les voiles, espérant y décrocher un statut d’exilé politique.

 Seulement voilà, plusieurs personnes ont signé une pétition pour demander aux autorités françaises de refuser l’octroi de l’asile politique à ce couple réputé antisémite.

En effet, dans une pétition lancée par Esther DAHAN, une française qui ne souhaite pas un retour aux années sombres de la République Française, et signée par plus de 5000 signataires, on peut lire : « Non à l’octroi de l’asile politique à ce couple réputé antisémite ! Car seules les décisions du régime de Vichy se distinguaient à l’époque  par la rupture avec un certain nombre de principes républicains, de Liberté d’Egalité & de Fraternité. Ce temps sombre est je l’espère révolu !!! »

Et les signataires d’ajouter :  « Nous nous joignons donc par notre signature à cette pétition en soutien à l’action du Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme qui demande officiellement aux autorités françaises ainsi qu’à  l’Office français de protection des réfugiés et apatrides pour refuser cette demande d’asile en France aux époux Dounia et Adnane Filali réputés antisémites. »

En effet, souligne la pétition, « Dounia et Adnane Filali nous font réagir contre plusieurs publications dans les réseaux sociaux de photos de gestes NAZIS et d’un doigt d’honneur fait à la France comme n’étant pas selon eux un pays de liberté d’expression, alors pourquoi venir y demander l’asile ? Dounia & Adnane Filali se sont également distingués par plusieurs déclarations ouvertes antisémites comme le décrit ce reportage de I24 & l’article de Tribune Juive. Ce couple mérite l’expulsion du territoire français !!! »

« Selon les propos de Gerard Darmanin Ministre de l’intérieur le 8 Août 2021, « l’antisémitisme est un délit, en aucun cas une opinion. De tels actes antisémites (pancartes antisémites dans une manif) ne resterons pas impunis. J’ai demandé au préfet de faire un signalement au Parquet sur la base de l’article 40. (source: compte Twitter du Ministre) », ajoutent les signataire avant de conclure : « Nous attendons de voir ce que le Ministre de l’intérieur compte faire dans ce cas particulier. »

- Advertisment -