lundi 22 avril 2024

Sanctions de la CEDEAO: Toutes les transactions avec le Mali suspendues au poste des Douanes de Moussala

-

Le Bureau des Douanes de Moussala Maining (Kédougou, sud-est du Sénégal) a suspendu toutes les transactions avec le Mali, mettant ainsi à exécution les décisions prises par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) lors du sommet tenu dimanche à Accra, au Ghana, a rapporté l’agence de presse sénégalaise APS.

« Même si la fermeture de la frontière n’est pas effective, les transactions douanières sont pour le moment suspendues à Moussala », a indiqué l’APS citant une source douanière.

Elle rapporte que toutes les opérations commerciales à destination ou en provenance du Mali sont actuellement bloquées au niveau de ces passages officiels.

A Moussala, poste frontalier avec le Mali, la mesure est entrée en vigueur tôt lundi. Ainsi, aucun document permettant une quelconque transaction ne sera délivrée, poursuit la même source.

Sur place, de part et d’autre de la frontière, de gros porteurs sont immobilisés en application des décisions de la CEDEAO, indique l’agence.

Pour sa part, la compagnie aérienne nationale « Air Sénégal » a annoncé sur son site officiel la suspension des liaisons de et vers Bamako à compter du 10 janvier 2022 en application des décisions de la CEDEAO.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, réunis à Accra en sommet extraordinaire, ont décidé de fermer les frontières avec le Mali au sein de l’espace sous-régional et de suspendre les échanges autres que de produits de première nécessité.

Ils ont aussi décidé de couper les aides financières et de geler les avoirs du Mali à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Le Président de la transition malienne, le colonel Assimi Goïta, a dit lundi rester ouvert au dialogue avec la CEDEAO, suite aux lourdes sanctions imposées sur son pays.

« Même si nous regrettons le caractère illégitime, illégal et inhumain de certaines décisions, le Mali reste ouvert au dialogue avec la Cédéao pour trouver un consensus entre les intérêts supérieurs du peuple malien et le respect des principes fondamentaux de l’organisation », a dit le colonel Goïta dans un discours diffusé à la télévision publique, tout en appelant ses compatriotes au calme et à la « résilience » face à cette situation, après que l’organisation sous-régionale a infligé des sanctions à son pays.

- Advertisment -