dimanche 23 juin 2024

Enrique Pena Nieto élu nouveau président du Mexique

-

 

 

 

 

Lareleve.ma-AFP

 

  Le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI-centre-gauche) mexicain, dont le candidat Enrique Pena Nieto a remporté haut la main le scrutin présidentiel de dimanche, fait un retour triomphal au pouvoir, après 12 années dans l’opposition.

 

  Le candidat du PRI à la présidentielle, Pena Nieto a recueilli environ 38% des suffrages, contre quelque 31% pour son rival immédiat, Andres Manuel Lopez Obrador, candidat de la gauche mexicaine, selon des résultats provisoires officiels.

 

  La candidate du Parti au pouvoir, Josefina Vazquez Mota, a recueilli 26% des suffrages, alors que le candidat du petit parti Nueva Alianza (PANAL), Gabriel Quadri, a obtenu moins de 3% des voix.

 

  Le PRI avait gouverné le Mexique pendant plus de 70 ans sans discontinuer, jusqu’en l’an 2000, lorsque le Parti Action Nationale (PAN-droite) avait réussi la première alternance pacifique au sommet de l’Etat mexicain.

 

  Avec le triomphe dimanche du PRI, la jeune démocratie mexicaine semble rentrer dans une nouvelle étape de consécration de l’alternance, d’autant que le taux de participation de 62% des quelque 80 millions d’inscrits ferait pâlir d’envie les démocraties les plus avancées.

 

  Durant les trois mois qu’a duré la campagne électorale, Pena Nieto a répété jusqu’à la satiété qu’il représente « l’image d’un PRI rénové », afin d’apaiser les craintes, largement partagées par les Mexicains, d’une reproduction de l’autoritarisme et la corruption ayant marqué jadis ce parti.

 

  Toutefois, une bonne partie de l’élite mexicaine, encore marquée par les images de la répression et la persécution des opposants aux gouvernements successifs du PRI, considèrent que le come-back de ce parti aux affaires est une « régression » dans l’histoire politique du pays.

 

  Dans son premier discours de président élu, Pena Nieto a affirmé que les Mexicains ont « choisi le changement » à la tête de l’Etat, appelant ses adversaires politiques à s’unir autour des valeurs démocratiques.

 

  Lopez Obrador a refusé de reconnaître sa défaite et a invité ses sympathisants à attendre le dépouillement de l’ensemble des votes.

- Advertisment -