vendredi 23 février 2024

Le Maroc a fait des progrès en matière des libertés civiles

-

 

 

 

Lareleve.ma-MAP

 

  La nouvelle constitution a permis au Maroc de faire des « pas significatifs » en matière des libertés civiles et de l’égalité Homme-Femme, souligne le rapport du Département d’Etat sur les droits de l’homme dans le monde au titre de l’année 2011, rendu public jeudi à Washington.

 

  Pour illustrer ce constat, le Département d’Etat relève que, durant cette période, « la représentation des femmes a augmenté au sein des instances de prise de décision des partis politiques », faisant observer que les femmes politiques figurent « en bonne place » dans les différents supports de presse qui relaient leurs prises de position sur des questions multiples et variées.

 

  Les progrès faits par le Maroc en matière d’égalité Homme-Femme ont été consolidés lors des élections législatives de novembre 2011, note le rapport, précisant que le nombre de femmes députées est de 34 à 67.

 

  La nouvelle Loi fondamentale, rappelle le Département d’Etat dans ce contexte, interdit la discrimination sur la base de la race, le genre, le handicap, la langue, le statut social, la foi, la culture, les origines régionales ou tout autre circonstance personnelle.

 

  Au niveau de la cellule familiale, le rapport rappelle aussi que le nouveau code de la famille a porté l’âge de mariage des femmes de 15 à 18 ans et a veillé à placer la famille sous la responsabilité partagée des époux, notant que ledit code a dispensé la femme d’un tuteur pour pouvoir contracter un mariage, rendu le divorce possible par consentement mutuel et mis des limites à la polygamie.

 

  Revenant sur la tradition de tolérance qui caractérise le Maroc, le document souligne que les Marocains de confession juive vivent en sécurité et qu' »aucun acte d’antisémitisme n’a été enregistré ».

- Advertisment -