jeudi 18 avril 2024

Abdelillah Benkirane à l’épreuve du Parlement

-

 

 

 

 

Lareleve.ma

 

  Invité à répondre aux questions des députés de l’opposition, le Premier ministre était hier au parlement pour rendre compte de sa politique générale. Tour à tour, la planification des lois organiques, l’économie de rente, al fassade, les diplômés chômeurs, l’équité de genre dans les nominations… de très nombreux sujets ont été passés en revue, au rythme des questions qui pleuvaient encore hier à l’heure du bouclage.

 

  Retransmise en direct hier sur Al Oula, la session hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants était exclusivement dédiée hier au Premier ministre. Tout juste quatre mois après sa nomination Abdelilah Benkirane s’est de nouveau soumis à cet exercice, comme il s’y était engagé le 19 janvier dernier lors de la présentation de sa déclaration. Le premier ministre avait alors promis de se présenter devant le parlement tous les mois, comme le stipule la Constitution.

 

  Hier après une brève introduction, il a donc répondu aux questions des nombreux députés autour de questions très diverses, dont voici une sélection.

 

Nominations des responsables des administrations

 

  En réponse aux critiques qu’ils lui ont été adressées à propos des nominations des hauts responsables, le Premier ministre a souligné “qu’aujourd’hui le gouvernement désigne directement 1.181 cadres de l’administration alors que le roi ne se préoccupe que de 37 nominations”. Pour les premiers, la procédure suivie est classique, le ministre concerné fait des propositions et le Premier ministre les valide. Pour les seconds, les propositions sont envoyées au conseil des ministres qui les valide.

 

  Pour montrer le degré de transparence qui prévaut au sein du gouvernement,  M.Benkirane a notemment insisté sur le fait qu’il ne connait  pas tous les wali et gouverneurs des villes qui ont été nommés. C’est le ministre de l’intérieur Mohand El Ansar qui les a proposés.

 

  Il  a aussi révélé avoir discuté avec le roi le cas de quelques responsables de l’administration territoriale qui étaient proposés et qui selon lui ne sont pas compétents. Selon M. Benkirane, le roi s’est montré compréhensif  et ouvert à toutes les remarques.

 

L’économie de rente et al Fassad

 

  Plusieurs députés de l’opposition se sont interrogés sur la mise en œuvre effective de la lutte contre l’économie de rente et al Fassad.  Selon eux, la publication des listes n’est pas suffisante en soi.

 

  En réponse le Premier ministre a rappelé que l’économie de rente a été instituée dans le pays depuis plus de 50 années.

 

Il y a des personnes qui méritent ce qui leur a été donné. Mais d’autres ont plusieurs agréments et les ont reçus sans aucun mérite. Cela ne se passera plus dans l’avenir a-t-il ajouté.

 

Abderraouf, un grand artiste abandonné

 

  A titre d’exemple, le premier ministre a rappelé le cas du comédien Abderraouf comme une personne qui aurait du figurer dans la liste des agréments mais qui n’en a jamais bénéficié. Voila une injustice qui doit être corrigée selon Benkirane qui a souligné que Abderraouf, qui le fait toujours rire, a également fait le bonheur de nombreuses générations de ce pays durant 50 années.

 

Planification rigoureuse des textes de lois organiques

 

  Les députés ont demandé une planification rigoureuse des textes de lois organiques qui doivent être votées. En réponse aux préoccupations de plusieurs députés de l’opposition concernant la quantité importante de lois qui doivent être votées et le manque de visibilité sur les priorités, le Premier ministre a rappelé que son gouvernement dispose de cinq années pour accomplir sa tâche.

 

  M. Benkirane a aussi évoqué la charge de travail à laquelle fait face tout gouvernement au début de son mandat. Il a considéré que la première des priorités était d’abord de promulguer la loi sur les postes de responsables et de procéder à leur nomination.

- Advertisment -