lundi 17 juin 2024

Aung San Suu Kyi attendue à Oslo pour fêter son prix Nobel 1991

-

 

 

 

Lareleve.ma-AFP

 

  Après des années en résidence surveillée, l’opposante birmane Aung San Suu Kyi envisage de réaliser en juin à Oslo son premier voyage à l’étranger depuis 24 ans pour recevoir en personne son prix Nobel de la Paix décerné en 1991.

 

  « Elle donnera sa conférence du Nobel à l’Hôtel de Ville d’Oslo » où se déroule chaque année la cérémonie traditionnelle de remise du prix Nobel de la Paix, a précisé à l’AFP la responsable de l’Institut Nobel chargée des manifestations Sigrid Langebrekke.

 

  Le ministère des Affaires étrangères de Norvège avait fait état peu avant d’une conversation téléphonique dimanche entre le ministre Jonas Gahr Stoere et Aung San Suu Kyi sur cette visite.

 

  Le même jour, la Norvège avait annoncé la levée d’une bonne partie de ses sanctions économiques contre la Birmanie à la suite des réformes dans ce pays longtemps fermé aux contacts avec la communauté internationale.

 

  Les autorités birmanes ont précisé que la chef de l’opposition, qui a passé au total quinze années en résidence surveillée, avait fait une demande de passeport mais qu’il ne lui avait pas encore été remis.

 

  Suu Kyi a été lauréate du prix Nobel de la Paix en 1991, décerné par le Comité Nobel norvégien « pour sa lutte non-violente en faveur de la démocratie et des droits de l’Homme ». Mais elle n’a jamais été en mesure de se rendre à Oslo pour recevoir son prix en personne.

 

  Elle a toujours dit qu’elle essaierait de réaliser en Norvège son premier voyage à l’étranger, en signe de gratitude.

 

  Son mari Michael Aris, aujourd’hui décédé, et ses deux fils avaient reçu en son nom la médaille, le diplôme et le montant du prix lors d’une cérémonie officielle à l’Hotel de Ville d’Oslo en 1991.

 

  Mais la conférence que donnent habituellement les lauréats à l’occasion de la remise de leur prix n’avait jamais pu être prononcée par Aung San Suu Kyi. Son fils Alexandre avait simplement fait un discours de remerciement.

 

  Sigrid Langebrekke a expliqué que l’Institut Nobel souhaitait aussi organiser pour elle le banquet traditionnel en l’honneur des lauréats. « Mais, dit-elle, nous n’avons pas encore tous les détails de sa visite ».

 

  Aucune date précise n’a encore été fixée pour cette visite, la première qu’elle effectuera hors de Birmanie depuis son retour au pays en 1988, selon le ministère norvégien des Affaires étrangères.

 

  Aucune confirmation de ses projets de voyage n’avait pu être obtenue dans l’immédiat auprès de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti de Mme Suu Kyi.

 

  Installée en Grande-Bretagne où elle a fait une partie de ses études et épousé un universitaire britannique, Michael Aris, Suu Kyi était revenue en avril 1988 en Birmanie au chevet de sa mère malade et n’en était jamais plus repartie.

 

  En août 1988, en plein soulèvement populaire, la fille du général Aung San, héros assassiné de l’indépendance birmane, prononce son premier discours public, qui transperce le cœur des Birmans. La répression fera quelque 3.000 morts. Mais l’icône était née.

 

  Placée pour la première fois en résidence surveillée l’année suivante, elle a passé au total quelque 15 années enfermée et avait toujours refusé de quitter son pays craignant de ne pas pouvoir y revenir.

 

  Mais ces derniers mois elle est revenue au cœur du jeu politique officiel, encouragée par le nouveau gouvernement qui a succédé à la junte en mars 2011 et qui a depuis multiplié les réformes politiques spectaculaires.

 

- Advertisment -