mercredi 28 février 2024

Sommet arabe: la Syrie au cœur des débats des chefs d’Etat

-

 

 

 

Lareleve.ma

 

  La Syrie sera au cœur des discussions des chefs d’Etat et représentants des pays de la Ligue arabe qui se réunissent jeudi à Bagdad pour leur premier sommet en Irak depuis plus de 20 ans.

 

  Six des 21 dirigeants arabes conviés à la réunion (la Syrie en a été exclue en raison de la répression) sont déjà arrivés dans la capitale irakienne, où la sécurité, déjà exceptionnelle ces derniers jours, a encore été renforcée ce jeudi.

 

  Il s’agit du président soudanais Omar el-Béchir, du tunisien Moncef Marzouki, du Palestinien Mahmoud Abbas, le Comorien Ikililou Dhoinine, le chef de l’Etat somalien Sharif Cheikh Ahmed, et du président du Conseil national de transition (CNT) en Libye, Moustapha Abdeljalil. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon est également présent à Bagdad.

 

  Mais la présence la plus attendue est celle de l’émir du Koweït, cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Sabah, plus de vingt après l’invasion de son pays par les troupes de Saddam Hussein.

 

  Plusieurs pays dont l’Arabie saoudite, poids lourd régional, ont indiqué qu’ils enverraient de hauts responsables mais pas leurs dirigeants.

 

  Les ministres des Affaires étrangères, réunis mercredi à Bagdad, sont tombés d’accord sur un projet de résolution qu’ils vont soumettre aux dirigeants, et qui ne mentionne pas deux sujets litigieux: le départ du président syrien Bachar al-Assad et l’armement des rebelles syriens.

 

  « C’est au peuple syrien de décider, de choisir, d’élire ses dirigeants. Ce n’est pas à la Ligue ou à qui que ce soit d’autre en fait de dicter qui les Syriens devraient choisir », a déclaré mercredi le chef de la diplomatie irakienne Hoshyar Zebari.

 

  Outre la Syrie, la résolution doit aussi aborder les questions palestiniennes, la Somalie et les armes nucléaires détenues par Israël. « C’est une réunion historique car le texte n’abordera que neuf sujets contre 40 habituellement », a confié M. Zebari.

 

  Plus de 100.000 soldats et policiers ont été mobilisés pour le sommet et une grande partie du réseau de téléphonie mobile était en panne jeudi pour la deuxième journée consécutive, bien qu’aucune annonce n’ait été faite en ce sens.

 

- Advertisment -