dimanche 23 juin 2024

Comanav : Un ancien employé dénonce des détournements de 860 MD

-

 

 

 

Par Ghita Ismaili

 

   La compagnie marocaine de transport maritime ComaritComanav continue à faire parler d’elle. Après l’affaire des deux bateaux saisis à Sète, en France, c’est un ancien employé de la Compagnie marocaine de navigation  (Comarit ), auparavant propriété de l’Etat, qui tirer la sonnette d’alarme. D’après lui, si la société se retrouve aujourd’hui au bord de la faillite, c’est à ca use de certains responsables de la société qui auraient détourné dans le passé la somme de 860 millions de dirhams.

 

    M.I., un ancien employé de la Compagnie marocaine de navigation  (Comanav ), vient d’adresser un courrier bien garni au procureur général. Un courrier qui risque de porter davantage préjudice à la compagnie de transport maritime, actuellement au bord de la faillite.

 

    Dans son courrier, cet ancien employé qui dit avoir passé une vingtaine d’années au service de la Comanav, dénonce de graves dysfonctionnements au sein de la direction de la compagnie maritime marocaine. Il acc use, en effet, plusieurs responsables de la Comanav, sans pour autant citer leurs noms, d’avoir détourné dans le passé la somme de 86 milliards de centimes, soit 860 millions de dirhams.

 

  140 millions de dirhams envolés lors de l’acquisition de deux navires?

 

    D’après lui, la société maritime, qui était détenue auparavant par l’Etat avant sa privatisation en 2007, aurait procédé à de « gros » détournements de fonds à cette époque, lors de l’opération d’acquisition de deux navires, à savoir le« Ouadi Zir » et le « Ouadi Dahab », rapporte le quotidien arabophone Assabah, dans son édition d’aujourd’hui, mardi 14 février. Il affirme que la Comarit a procédé à l’achat de ces deux bateaux pour la somme de 190 millions de dirhams chacun, en déclarant sur les s officiels une somme nettement plus supérieure, à savoir 260 millions de dirhams. M.I. acc use en réalité, certains responsables d’avoir dérobé, lors de cette opération, quelques 140 millions de dirhams.

 

     Mais ce n’est pas tout. Le même employé affirme également que certains responsables avaient pour habitude de vendre des navires se trouvant dans un très bon état, pour les louer par la suite à leurs propriétaires avec l’argent en devises.

 

    Plusieurs anciens employés de la Comanav pourraient ainsi comparaitre prochainement devant la justice marocaine, croit savoir le quotidien. Ce qui est sûr c’est que les malheurs de la compagnie maritime sont loin d’être finis.

 

- Advertisment -