jeudi 25 avril 2024

Le Maroc ne s’engagera dans aucun accord qui ne respecte pas sa pleine souveraineté sur son territoire

-

Le Maroc ne s’engagera dans aucun accord qui ne respecte pas sa pleine souveraineté sur son territoire et n’acceptera, en aucun cas, une atteinte quelconque à cette souveraineté, a indiqué, jeudi à Rabat, le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

Intervenant lors d’un point de presse à l’issue du Conseil de gouvernement, El Khalfi a souligné que le Royaume a des constantes qui régissent son adhésion aux conventions internationales, affirmant que le Maroc ne pourra, en aucune circonstance, accepter une atteinte à sa souveraineté ou un traitement le divisant en deux zones ou le considérant comme une autorité administrante.

En cas d’atteinte à sa souveraineté, le Maroc ne sera pas disposé à conclure n’importe quel accord et ne poursuivra aucun engagement, y compris l’accord de pêche actuel, en dehors de ce cadre, a-t-il insisté .

Le ministre délégué a également expliqué que le Maroc suit la voie de la fermeté en matière de conventions internationales et ne pourra guère accepter que la mise en œuvre d’une convention écrite concerne le Maroc en excluant ses provinces du Sud.

El Khalfi a, de même, relevé que l’arrêt de la Cour de Justice européenne (CJUE) doit être placé dans son cadre naturel, en observant la grande différence entre cette décision et l’avis émis auparavant par le procureur général qui a appelé à l’annulation de l’accord, rappelant qu’un communiqué conjoint du Maroc et de l’Union européenne (UE) a été publié directement après la publication de l’arrêt, ce qui renforce ainsi la position du Royaume et barre la route à toute tentative visant à porter atteinte à son intégrité territoriale.

Il a, en outre, estimé que le Maroc est en plein droit d’être fier de ses victoires dans les différents combats qu’il a menés, notamment en ce qui concerne le verdict de la CJUE en décembre 2016 relatif à l’accord agricole entre le Royaume et l’UE, l’affaire Guerguerate, la position de la Suède et l’élargissement des compétences de la Minurso.

Le responsable a, par ailleurs, mis en avant le nombre des projets réalisés dans les provinces du Sud, qui ont apporté des changements concrets au profit des populations, ajoutant que le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) a permis de déjouer les manoeuvres qui manipulaient l’UA pour porter atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume.

- Advertisment -