dimanche 21 avril 2024

Le Maroc, une porte d’entrée pour la BERD en Afrique

-

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) voit en le Maroc un « pays très important » et une « porte d’entrée stratégique » en Afrique, a affirmé son président Suma Chakrabarti, dans des entretiens accordés à la presse nationale.

Le Maroc « est un pays très important pour nous, non seulement en tant que pays d’intervention, mais également comme porte d’entrée dans une région plus grande », a dit Chakrabarti au journal « Le Matin », notant que c’est pour cette raison que la BERD essaie de faire de son mieux au Maroc et entend faire encore plus en tentant d’être plus présente dans ce pays.

Dans une interview à « Aujourd’hui Le Maroc », Chakrabarti a affirmé que l’Afrique serait potentiellement la prochaine extension de la BERD avec un leadership du Maroc, rappelant que dans l’histoire de la Banque, il y a eu quatre extensions géographiques d’abord vers la Mongolie, la Turquie, la région MENA et dernièrement en Grèce et Chypre.

« Le Royaume a réellement une position de leadership », a-t-il souligné, relevant que « plusieurs pays membres de la BERD, dont la Tunisie, l’Egypte et la Jordanie souhaitent que cette institution financière ait plus d’activité en Afrique, notamment dans la région subsaharienne. »

Au sujet de l’action de la Banque au Maroc, il a affirmé que la BERD a eu des projets variés et de grande envergure destinés principalement à stimuler les petites et moyennes entreprises (PME) qui sont de grands pourvoyeurs d’emplois.

L’un des défis principaux pour les PME au Maroc comme dans un certain nombre de pays est l’accès à la liquidité bancaire, a poursuivi Chakrabarti, soulignant que la BERD s’emploie à réduire les coûts et envisage d’ouvrir dans les six mois qui viennent de nouvelles lignes de crédit en faveur des PME marocaines.

La BERD « mettra l’accent sur la création de l’emploi non seulement pour les jeunes diplômés mais également pour les non-diplômés, leur facilitant l’accès au marché de travail », a-t-il fait savoir, notant que la Banque compte également renforcer le rôle des PME en leur accordant davantage de facilités de crédits et en leur apportant conseil, dans le but de les aider à mettre en place un bon plan d’investissement qui dopera leur croissance.

Outre la question de l’employabilité, Chakrabarti a évoqué aussi l’intérêt que porte la BERD, au même titre que le Maroc, à l’économie verte, « un secteur qui représente à ce jour 41 pc des investissements de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. « 

« Nous avons convenu avec les membres du gouvernement d’œuvrer davantage pour que le Maroc assoie son positionnement dans ce secteur », a dit Chakrabarti, formant le vœu de voir, dans les prochaines années, le Royaume classé parmi les 5 premiers pays d’investissement de la BERD, sachant qu’il est actuellement à la 12è place en termes d’investissement.

 

- Advertisment -