dimanche 26 mai 2024

Tricherie dans les examens de permis de conduire: les explications de la NARSA

-

L’arrestation de dix personnes soupçonnées d’être liées à un réseau criminel actif dans la manipulation des examens pour l’obtention de permis de conduire, suscite des questionnements au sujet de la surveillance de ces examens et du rôle de l’Agence Nationale de Sécurité Routière « NARSA ».
Les éléments de la police judiciaire provinciale de la ville d’Oujda, en coordination avec les services de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire (DGST), ont interpellé, le mardi 7 mai 2024, dix personnes âgées de 21 à 47 ans, dont deux ayant des antécédents judiciaires, suspectées d’être liées à ce réseau criminel.
Selon un communiqué de la Direction Générale de la Sécurité Nationale (DGSN), les recherches et investigations menées ont permis l’arrestation de formateurs d’auto-école et d’un candidat, pris en flagrant délit de tricherie lors de l’examen du permis de conduire, en plus de l’arrestation de trois employés d’un centre d’examen et de quatre intermédiaires.
Les perquisitions réalisées dans cette affaire ont abouti à la saisie de deux chemises équipées de téléphones portables, de dispositifs de communication de type VIP, de micro-écouteurs, ainsi que de trois voitures et de plusieurs dossiers au nom d’autrui pour passer l’examen du permis de conduire, et également de 20 plaques de drogue de type chira pesant environ deux kilogrammes, trouvées en possession de l’un des intermédiaires. Les dix suspects ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête judiciaire menée sous la supervision du procureur compétent, afin de révéler toutes les circonstances de cette affaire et de déterminer toutes les connexions et extensions possibles de cette activité criminelle.

Commentant cette affaire, Nacer Boulaajoul, directeur de la NARSA, a affirmé que l’agence oeuvre continuellement à renforcer les mesures de surveillance des conditions de passage de l’examen du permis de conduire, soulignant que toutes les salles sont équipées d’un système de surveillance par caméras, en plus des surveillants.
Boulaajoul a expliqué, dans une déclaration à SNRTnews, que la NARSA veille à fournir des conditions favorables pour le bon déroulement de l’examen du permis de conduire.
Il a insisté sur le fait que ce type de cas de tricherie reste limité, soulignant que lorsque de telles personnes utilisant de telles méthodes pour réussir l’examen du permis de conduire sont détectées, les mesures nécessaires seront prises.
Au sujet des méthodes utilisées par certains pour tricher à l’examen du permis de conduire, Boulaajoul a mis en avant que certains tricheurs utilisent des technologies modernes, comme c’est le cas dans d’autres examens, et qu’il est parfois difficile de détecter cela.
Selon la DGSN, le mode opératoire criminel suivi par ce réseau criminel consiste à fournir aux candidats des micro-écouteurs et des vêtements intégrant des téléphones portables équipés de caméras, que les utilisateurs dans les auto-écoles utilisent pour voir les questions posées et transmettre les bonnes réponses aux candidats, avec la complicité de certains employés des centres d’examen du permis de conduire.

- Advertisment -