vendredi 24 mai 2024

Eurovision 2024 : Sifflets et manifestation à Malmö pour protester contre la participation d’Israël

-

Jeudi après-midi, en amont de l’entrée en lice de l’Etat hébreu à l’Eurovision, quelque 5.000 personnes, selon la police suédoise, ont manifesté dans le centre de Malmö

Sur la place Stortorget de Malmö, les bannières pastel aux couleurs du concours Eurovision de la chanson, que la ville accueille cette semaine, voisinaient ce jeudi après-midi avec les drapeaux palestiniens. Au slogan « Unis par la musique » flottant au vent répondaient ceux scandés en anglais ou en suédois : « Eurovision, tu peux pleurer, tu soutiens un génocide », « Israël hors de l’Eurovision » ou « Libérez la Palestine ».

Les organisateurs espéraient jusqu’à 30.000 manifestants, la police en a dénombré 5.000 selon le quotidien Aftonbladet. Dans la foule se trouvait notamment l’activiste Greta Thunberg.

« Je trouve fou qu’Israël soit autorisé à participer à l’Eurovision comme si de rien n’était alors qu’un génocide est en cours à Gaza », a déclaré Miria, jeune Argentine croisée dans le cortège, résumant les motivations de nombre des personnes mobilisées.

   « Deux poids, deux mesures »

« Il faut faire pression sur Israël et cela passe par un boycott culturel. Il est très important de se mobiliser pour faire en sorte que les politiques suédois et danois agissent », nous a déclaré Klaus, venu de la capitale danoise, Copenhague, à une vingtaine minutes en train de là. Il brandit une pancarte « Juifs contre le génocide » et explique : « Israël et les Juifs, ce n’est pas la même chose. C’est un Etat qui ne peut prétendre agir au nom des Juifs. »

« Je suis en colère contre l’UER [Union européenne de radiodiffusion, qui organise le concours] et son hypocrisie. Elle a banni, et je suis d’accord avec ça, la Russie de l’Eurovision en 2022 après l’invasion de l’Ukraine et là, elle laisse Israël se produire. C’est un deux poids deux mesures que je ne comprends pas », s’agace Hannah, une vingtenaire Polonaise qui a également fait le déplacement depuis le Danemark.

Dans une foire aux questions sur son site Internet, l’UER explique qu’elle avait sanctionné le diffuseur public russe il y a deux ans car il avait enfreint les critères nécessaires pour conserver son statut de membre actif de l’association et que KAN, la chaîne publique israélienne n’avait commis aucune infraction et pouvait donc maintenir sa participation.

« La décision de l’UER nous dégoûte. En laissant Israël participer, elle place l’ensemble des artistes dans une position inconfortable, cela fait peser sur eux une pression pour qu’ils s’expriment sur le sujet », déclare Séamus derrière sa bannière « Fans de l’Eurovision contre le génocide », qui fait apparaître les couleurs de son pays, l’Irlande. Il se dit « fier » de sa représentante, Bambie Thug, qui a, à plusieurs reprises, fait savoir son soutien à la cause palestinienne.

Josselin, fan français du concours est venu exprimer « [sa] solidarité envers le peuple palestinien et dénoncer ce qu’il se passe sur la bande de Gaza et en Cisjordanie ». « Je suis opposé à la participation d’Israël depuis plusieurs années, affirme-t-il. Ce pays se sert de l’événement pour redorer son image. »

   Une chanteuse sous haute surveillante

Lui, comme Séamus, a des places pour assister aux shows et aux répétitions publiques de cet Eurovision et a choisi de ne pas boycotter. Mercredi, au filage de la demi-finale du lendemain, il était parmi ceux qui ont sifflé la candidate israélienne, Eden Golan, lors de son passage sur scène. Dans la Malmö Arena, des spectateurs avaient choisi de littéralement tourner le dos à sa prestation quand d’autres ont vivement applaudi.

La délégation israélienne a demandé que l’UER prenne des mesures pour que les éventuelles huées qui surviendraient lors de la prestation en direct de la chanteuse, jeudi, ne soient pas audibles pour les téléspectateurs.

Eden Golan est à Malmö entourée d’un dispositif de sécurité conséquent. En dehors de ses obligations pour le concours, telles que les répétitions, elle est invitée à ne pas sortir de son hôtel. Si Israël se qualifiait ce jeudi, une nouvelle manifestation devrait se tenir samedi, en amont de la finale.

- Advertisment -