mardi 28 mai 2024

Iran : Cinq ans de prison pour le cinéaste Mohammad Rasoulof, à une semaine du festival de Cannes

-

Le réalisateur a également été condamné à des coups de fouet, une amende et la confiscation de ses biens

Sera-t-il derrière les barreaux pendant la présentation de son film sur la Croisette ? Le célèbre cinéaste iranien Mohammad Rasoulof, dont le dernier film sera montré au festival de Cannes, a été condamné à une peine de cinq ans de prison par un tribunal iranien pour « collusion contre la sécurité nationale », a annoncé mercredi son avocat.

Le réalisateur, plusieurs fois primé dans des festivals internationaux, a également été condamné à des coups de fouet, une amende et la confiscation de ses biens, a précisé Me Babak Paknia dans des messages postés sur X.

Son avocat a indiqué que le tribunal avait prononcé une peine de prison de huit ans, dont cinq ans applicables, et que ce jugement avait été confirmé en appel à une date qui n’a pas été précisée.

   Pressions sur son film

Le 77e festival de Cannes, qui débute le 14 mai dans le sud de la France, a sélectionné le nouveau film de Mohammad Rasoulof, The seed of the sacred fig. Le 30 avril, Me Paknia a affirmé que les autorités avaient convoqué des membres de l’équipe du film pour les interroger et qu’ils avaient subi des pressions pour retirer le film des compétitions internationales.

Mohammad Rasoulof, 52 ans, avait été arrêté en juillet 2022 pour avoir encouragé des manifestations déclenchées après l’effondrement d’un immeuble ayant fait plus de 40 morts en mai dans le sud-ouest de l’Iran.

Après ce drame, un groupe de cinéastes iraniens qu’il menait avait publié une lettre ouverte appelant les forces de sécurité « à déposer les armes » face à l’indignation nationale contre « la corruption » et « l’incompétence » des responsables. Il avait ensuite été libéré à titre temporaire pour raisons de santé en janvier 2023 et interdit de quitter le territoire.

- Advertisment -