mardi 28 mai 2024

L’un des rares glaciers de Colombie en péril, alerte des experts

-

Il y a quelques mois encore, le Ritacuba Blanco, l’un des plus hauts sommets de Colombie, était recouvert d’un homogène manteau neigeux. Mais la hausse des températures a récemment provoqué de larges fissures dans la glace qui témoignent de sa lente agonie.

Depuis novembre dernier et la hausse des températures dans le pays à cause du phénomène météorologique El Niño, le manteau blanc a commencé à fondre à une vitesse vertigineuse, alertent les experts.

Dans sa partie la plus basse, où l’AFP a pu se rendre, à 4 950 mètres d’altitude, de larges fissures révèlent désormais la roche jusque-là cachée. Les autorités accusent El Niño, qui frappe la Colombie depuis fin 2023.

Le phénomène météorologique est généralement associé à une hausse des températures et d’importantes sécheresses susceptibles d’entraîner des feux de forêts dévastateurs. Il se produit en moyenne tous les deux à sept ans, et les épisodes durent généralement de neuf à douze mois.

L’épisode actuel s’inscrit «dans le contexte d’un climat modifié par les activités humaines», a noté l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

La Colombie, dont la biodiversité est l’une des plus riches au monde, a enregistré en mars le mois le plus chaud de son histoire, avec des températures atteignant par endroits 42,4°C.

«Le phénomène El Niño est peut-être la pire chose qui puisse arriver à nos pics enneigés ou à nos glaciers», estime Jorge Luis Ceballos, glaciologue à l’Institut d’hydrologie, de météorologie et d’études environnementales (Ideam). «Il n’y a pas de couverture nuageuse et donc pas de chute de neige», souligne-t-il.

Des 14 glaciers tropicaux qui existaient en Colombie au début du 20e siècle, il n’en reste plus que six. Le Ritacuba Blanco, situé dans le parc national de la Sierra Nevada del Cocuy, à environ 250 km au nord-est de la capitale Bogota, est le plus en péril des sommets encore enneigés du pays.

«À la fin de l’année dernière, les parois ici mesuraient environ six mètres de haut  aujourd’hui, elles ne font pratiquement plus qu’un mètre», souligne le guide Edwin Prada.

    «De pire en pire»

Selon les données les plus récentes, de 2022, quelque 12,8 km2 de ce territoire étaient alors recouverts de glace et de neige, soit l’étendue la plus faible depuis que l’Ideam effectue des relevés. En 2010, le manteau neigeux couvrait 16,5 km2 et même 19,8 km2 en 2003.

Ces derniers mois, «la neige a fondu en raison du manque de précipitations et la glace a été exposée au rayonnement solaire, ce qui a accéléré le dégel», explique M. Ceballos.

La planète a connu en 2023 les températures les plus élevées jamais enregistrées, selon l’Observatoire européen du climat Copernicus (C3S). En Asie, continent le plus touché, les sommets glacés de l’Himalaya sont également en train de disparaître, menaçant la sécurité hydrique de la région, selon l’OMM.

Le phénomène El Niño a également provoqué cette année d’importants incendies en Colombie. Au total, plus de 17 000 hectares de forêts sont parties en fumées dans tous le pays. Une partie des flammes a atteint les paramos, ces écosystèmes fragiles propres aux pays andins.

De nombreux petits lacs qui alimentent habituellement les villages en eau se sont en outre asséchés.

Fait sans précédent au cours de ce siècle, la capitale colombienne a décrété un rationnement du service d’approvisionnement en eau il y a trois semaines en raison du faible niveau de ses réservoirs.

Humberto Estepa, un habitant de Güican, un village proche du Ritacuba Blanco, tremble à chaque fois qu’il se rend au pied du glacier.

Le dégel «cette année a été trop important», assure-t-il. «C’est de pire en pire, il y a de nouvelles crevasses, plus de dégel», se disant «très nostalgique».

- Advertisment -