mercredi 22 mai 2024

La Chine se veut à l’avant-garde de l’exploration spatiale avec ses nouvelles missions dévoilées

-

Une semaine passionnante et chargée pour l’exploration spatiale chinoise qui confirme son dynamisme et ses ambitions spatiales. Alors qu’un équipage en remplace un autre à bord de la Station spatiale chinoise et qu’une mission vient d’être lancée vers la face cachée de la Lune pour récupérer des échantillons, découvrons brièvement les nouvelles missions spatiales qui viennent d’être sélectionnées.

L’Académie chinoise des sciences (CAS) soutient une série de missions variées et innovantes visant à faire avancer son ambitieux programme en sciences spatiales. Comme le rapporte le site Internet Space News, ces missions couvrent des domaines très variés tels que l’étude de la Lune, l’astrophysique, les exoplanètes et l’héliophysique, avec pour objectif de placer la Chine à l’avant-garde de la recherche astronomique et de l’exploration spatiale. C’est du moins le pari de Wang Chi, directeur du Centre national des sciences spatiales (NSSC) relevant de la CAS, qui a récemment présenté ces missions lors du Forum Zhongguancun le 27 avril.

   Une grande variété de missions prometteuses

Parmi les missions sélectionnées, on citera Discovering the Sky at the Longest Wavelength (DSL), la mission Enhanced X-ray Timing and Polarimetry (eXTP) et ExoEarth Survey, qui est un satellite dédié à la recherche des exoplanètes. Une autre mission consistera à envoyer une sonde pour observer les pôles du Soleil tandis que la mission Taiji utilisera trois satellites pour détecter les ondes gravitationnelles.

Il convient de noter que ces missions sont distinctes des programmes d’exploration planétaire et lunaire de l’Administration spatiale nationale chinoise, connus sous les noms de Tianwen et Chang’e pour l’exploration de la Lune. Par exemple, la mission eXTP sera un observatoire en rayons X pour traquer les ondes gravitationnelles et les sources de , ainsi que des observations dans des conditions extrêmes de densité de la matière, de  et de .

   Une mission pour trouver des planètes comme la Terre

Quant à la mission DSL, elle consistera en un réseau de 10 petits satellites envoyés en  lunaire pour capter les signaux d’ondes faibles et ultra-longues de l’ primitif. L’ExoEarth Survey, aussi appelée Earth 2.0, utilisera diverses méthodes pour rechercher des exoplanètes telluriques et des . La mission solaire vise à étudier les pôles du Soleil sur une orbite avec une inclinaison élevée par rapport au .

Enfin, bien que certaines propositions pour des missions liées aux sciences planétaires et de la Terre n’aient pas été sélectionnées dans le cadre de ce programme, il est possible qu’elles le soient ultérieurement. Une mission sur Vénus, par exemple, reste d’un grand intérêt pour la communauté scientifique chinoise spécialisée dans la planétologie.

- Advertisment -