vendredi 24 mai 2024

Revue de presse de ce jeudi 2 mai 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi 2 mai 2024:

L’Economiste

Le business de la cigarette électronique fait florès au Maroc. Les importations à fin 2023 se sont élevées à près de 215,9 millions de DH contre 104 millions de DH en 2022. Pourtant, ce succédané de tabac n’est pas régulé au Maroc. Ce produit a été réglementé sur le plan fiscal puisque la loi de finances 2024 a fixé un nouveau barème d’imposition au titre de la taxe intérieure de consommation pour la version à usage unique. Soit 40% le kg de liquide au lieu de 2,5%. Le dispositif n’étant pas taxé comme c’est le cas du tabac chauffé. Le Maroc est l’un des 74 pays ne disposant pas de réglementation dédiée à la cigarette électronique. Le vide juridique pose plusieurs problématiques. A commencer par l’absence d’une définition. En effet, la réglementation ne suppose pas seulement le fait de lister un produit nouveau, mais elle doit également inclure une définition et une description du modèle utilisé.

Publicité

Le secteur privé et le Conseil de la concurrence semblent avoir le même point de vue à propos de la loi 81-21 relative à l’autoproduction d’électricité. Les deux trouvent que ce texte, appliqué actuellement dans le cadre de la loi n°40-19 modifiant et complétant la loi 13-09, doit être revu. L’une des recommandations du Conseil est que la production à partir de sources d’énergies renouvelables, qui offrent une disponibilité tout au long de l’année, soit portée par des auto-producteurs et producteurs privés dans le cadre de la loi n°40-19. Le Conseil souligne également la nécessité de revoir le cadre légal et réglementaire de l’autoproduction pour le rendre plus incitatif. Cela permettrait de tirer pleinement parti du potentiel du Maroc en énergies renouvelables, d’autant plus que le pays continue d’importer de l’énergie électrique alors qu’il pourrait couvrir une grande partie de ses besoins en encourageant la production décentralisée avec des installations existantes.

Libération

Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a souligné que le gouvernement actuel confond d’une manière ostentatoire le dialogue social productif et le pacte pour faire passer des lois qui sont vitales pour les salariés et l’action syndicale au Maroc, dont notamment la réforme des systèmes de retraite, la loi relative au droit de grève et la loi relative aux organisations syndicales. Lachguar, qui s’exprimait lors d’un meeting organisé à l’occasion du 1er Mai, s’est dit étonné quant à l’approche suivie par le gouvernement lors du dialogue social. Une approche qui repose sur l’exclusion des syndicats sérieux qui jouent des rôles avant-gardistes dans les dialogues sectoriels, à commencer par la FDT qui a une forte représentativité dans des secteurs importants tels que l’enseignement, la santé et la justice.

Des révélations troublantes ébranlent le secteur de la santé au Maroc, mettant en évidence un présumé scandale de fuite de données personnelles de patients vers des laboratoires pharmaceutiques. Sous la supervision de la Commission nationale de protection des données personnelles (CNDP), une enquête approfondie est en cours pour vérifier les soupçons d’implication d’une entreprise spécialisée en systèmes d’information dans cette affaire. L’entreprise en question fournit des solutions logicielles pour la gestion des pharmacies, en échange d’un abonnement mensuel. Elle aurait régulièrement accès, via son programme informatique, à des données sensibles telles que les ventes de médicaments, leur répartition géographique, les maladies traitées, voire même des informations sur l’identité de certains patients.

Les Inspirations éco

En perspective de la prochaine fête de Aïd Al-Adha, prévue en juin 2024, au titre de l’année de l’hégire de 1445, le ministère de l’Agriculture a déjà identifié trois millions de têtes d’ovins et de caprins pour les opérations d’abattage. Cette opération d’identification, indispensable à la commercialisation des animaux dans les souks, a été réalisée à partir du 8 mars 2024, selon Mohamed Sadiki, ministre de tutelle, qui s’exprimait devant la Chambre des représentants. Le ministre de l’Agriculture a fait savoir que son département a lancé, depuis novembre 2023, un programme de préparation pour l’Aïd Al-Adha comprenant plusieurs mesures, dont une évaluation précise des prévisions d’offre et de demande en têtes destinées à l’abattage et ce, en coordination avec les professionnels, ainsi que l’enregistrement de 214.000 unités d’élevage et d’engraissement.

La filière sucrière marocaine poursuit sa transformation grâce au nouveau contrat-programme 2021-2030 annoncé lors du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) 2023. Ce cadre stratégique, qui s’inscrit dans la continuité des efforts précédents, vise à accroître significativement les superficies cultivées et la production nationale de sucre blanc d’ici 2030, renforçant ainsi les ambitions de croissance du secteur. Au cœur de cette dynamique se trouve le Groupe Cosumar, acteur majeur de la filière sucrière nationale. Le nouveau Contrat-programme, doté d’un budget de près de 5,74 milliards de dirhams sur la décennie, réaffirme l’engagement du secteur envers l’excellence opérationnelle et la responsabilité environnementale. Il prévoit notamment d’augmenter les superficies cultivées de 64.500 à 73.000 hectares et la production de sucre blanc de 560.000 à 620.000 tonnes d’ici 2030.

Un nouvel opérateur rejoint le projet de liaison énergétique entre le Royaume-Uni et le Maroc. Il s’agit de GE Vernova qui a investi 10,2 millions de dollars dans ce méga-projet dirigé par Xlinks First. L’accord acté à ce sujet positionne GE Vernova comme actionnaire minoritaire, mais il n’en demeure pas moins que cette prise de participation permettra à l’opérateur d’accélérer sa réalisation et son déploiement. Soulignons qu’une fois terminé, le projet combinera la production éolienne et solaire marocaine avec un stockage de batterie flexible, reliée au réseau britannique par 4.000 km de câbles sous-marins HVDC. Cette initiative pourrait fournir environ 3,6 GW d’énergie propre à la Grande-Bretagne, ce qui représente approximativement 8% de ses besoins actuels en électricité.

Al Ahdath almaghribia

Le Wali de la région de Casablanca-Settat, Mohamed Mhidia, a adressé ses instructions au Conseil de la ville de Casablanca pour qu’on lui transmette des rapports au sujet des projets en retard ou à l’arrêt, particulièrement celles connaissant des difficultés liées à l’assiette foncière, et à leur tête le projet de mise en œuvre du centre d’enfouissement et de valorisation des déchets de Mejjatia Ouled Taleb dans la province de Mediouna et le marché de volaille de Hay Mohammadi. Le Wali avait exprimé, dans des rencontres avec les responsables des entreprises cités, son malaise suite au retard et à l’arrêt accusé dans plusieurs chantiers et projets ainsi que l’absence de procès-verbaux et de rapports concernant les raisons des retards et du gel des travaux, réclamant de l’Agence urbaine de Casablanca des données précises autour du refus des dossiers de demande de changement d’activité dans une zone industrielle, après avoir récemment reçu des plaintes de demandeurs d’autorisations ayant achevé les formalités d’usage pour obtenir les permis de construction d’écoles et de cliniques privées.

- Advertisment -