mercredi 22 mai 2024

La Chine envoie un nouvel équipage vers sa station spatiale

-

La Chine a envoyé jeudi un nouvel équipage vers sa station spatiale Tiangong, dans le cadre d’un programme visant à envoyer des astronautes sur la Lune d’ici à 2030, ont annoncé les médias d’État chinois.

Les trois astronautes de la mission Shenzhou-18 ont décollé à bord d’un vaisseau spatial, installé sur une fusée porteuse Longue Marche-2F, du centre de lancement de satellites de Jiuquan, dans le nord-ouest de la Chine, à 20H59 heure locale (12H59 GMT).

Des spectateurs ont applaudi lorsque la fusée a décollé dans le ciel nocturne, selon un journaliste de l’AFP sur place.

Le lancement est considéré comme «un succès complet», a rapporté l’agence d’État Chine Nouvelle.

L’équipage est sous le commandement de Ye Guangfu, un pilote de chasse et astronaute qui a déjà fait partie de l’équipage du vaisseau Shenzhou-13 en 2021. Les deux autres astronautes, Li Cong et Li Guangsu, effectuent leur premier voyage dans l’espace.

Ils devraient rester dans la station Tiangong («Palais céleste») pendant six mois, pour mener des expériences dans «les domaines de la physique fondamentale en microgravité, de la science des matériaux spatiaux, des sciences de la vie spatiale, de la médecine spatiale et de la technologie spatiale», a indiqué l’Agence chinoise des vols spatiaux habités (CMSA).

   «Aquarium spatial»

Ils vont également essayer de créer un aquarium à bord et d’y élever des poissons en microgravité, selon l’agence Chine Nouvelle.

«Non seulement les taïkonautes trouveront du plaisir dans cet « aquarium spatial », mais cela pourrait ouvrir la voie pour que leurs homologues à l’avenir puissent bénéficier de poissons nutritifs issus de leurs propres élevages en orbite», a indiqué Chine Nouvelle.

«Ils mèneront également des expériences sur des drosophiles et des souris», a indiqué un chercheur cité par l’agence de presse.

Tiangong est le projet emblématique du programme spatial chinois, qui a fait atterrir des rovers robotisés sur Mars et sur la Lune et a permis à la Chine de devenir le troisième pays à mettre des êtres humains en orbite.

Tiangong, dont la construction a été achevée en 2022, devrait rester en orbite terrestre basse, entre 400 et 450 kilomètres au-dessus de la planète, pendant au moins 10 ans. Des équipes de trois astronautes se relaient.

Le nouvel équipage remplacera celui de la mission Shenzhou-17, qui a été envoyé vers la station en octobre.

Le président Xi Jinping a donné un coup d’accélérateur au «rêve spatial» de la Chine. La deuxième économie mondiale a injecté des milliards de dollars dans son programme spatial militaire afin de rattraper les États-Unis et la Russie.

Pékin a pour objectif d’envoyer un équipage chinois sur la Lune d’ici à 2030 et prévoit de construire une base sur la surface lunaire.

La Chine est exclue de la Station spatiale internationale depuis 2011, date à laquelle les États-Unis ont interdit à la NASA de collaborer avec Pékin. La Chine a alors développé son propre projet de station spatiale.

- Advertisment -