dimanche 26 mai 2024

Le Maroc alloue 950 000 dollars à l’étude de l’extension de 20 aéroports

-

La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) finance une nouvelle étude pour le développement de 20 aéroports nationaux avec un budget de 9,7 millions de dirhams (950 000 dollars).

Selon un article du magazine économique La Vie Eco, la DGAC a lancé un appel d’offres international afin de sélectionner un prestataire pour la réalisation de l’étude. L’objectif de ce plan est d’élaborer un plan cohérent pour le développement de ces aéroports, en tenant compte de l’évolution attendue du trafic aérien jusqu’en 2045.

Selon La Vie Eco, ce plan est destiné à remplacer le précédent plan directeur des aéroports, élaboré il y a plus de dix ans et rendu obsolète par les perturbations causées par la pandémie COVID-19. Les fluctuations du trafic aérien ont obligé à réévaluer les besoins en infrastructures aéroportuaires du pays.

L’étude porte sur le potentiel de développement de chaque aéroport, en mettant l’accent sur l’efficacité opérationnelle et l’optimisation de l’expérience des passagers. Casablanca, qui fait l’objet de sa propre évaluation, n’a pas été inclus dans cette étude.

L’étude, d’une durée de 420 jours, se déroulera en cinq étapes. Il s’agit notamment d’analyser et de prévoir les schémas de trafic, d’établir des projets de développement adaptés aux besoins spécifiques de chaque aéroport et de mettre en place un cadre systématique pour le suivi et la mise en œuvre des résultats de l’étude.

L’étude vise à promouvoir une prise de décision éclairée en fournissant des états financiers précis pour les améliorations attendues de l’infrastructure et en classant les projets par ordre de priorité en fonction de leur impact escompté. L’infrastructure aéronautique du Maroc est en pleine mutation, en raison du projet du pays d’accueillir la Coupe du monde 2030 dans le cadre d’une candidature conjointe avec l’Espagne et le Portugal.

En mars 2024, la société d’ingénierie gouvernementale espagnole Ineco a remporté un contrat pour l’agrandissement et la modernisation de l’aéroport international de Casablanca. Outre les aéroports, le Maroc investit massivement dans des projets d’infrastructure, notamment des stades et la construction d’une route reliant le Maroc à l’Espagne.

Ineco est une multinationale espagnole privée dépendant du ministère des Transports. Elle possède 55 ans d’expérience dans les projets de transport, d’énergie, d’environnement et d’urbanisme et s’engage à fournir des solutions innovantes, globales et technologiques sur tous les continents et dans tous les secteurs.

Avec une équipe multidisciplinaire de plus de 5 500 experts, la société opère sur tous les continents, mettant à profit son expérience et sa capacité à résoudre des tâches techniquement complexes en utilisant des connaissances spécialisées et les technologies les plus avancées.

L’Office national des chemins de fer du Maroc s’est engagé à investir 16 milliards de dirhams (1,56 milliard de dollars) d’ici 2030 dans le cadre de son plan de développement.

Ineco sera chargée d’analyser les infrastructures aériennes et les terminaux de l’aéroport de Casablanca afin d’analyser la situation actuelle et d’établir une stratégie de développement des infrastructures et des équipements pour accueillir les futurs flux de passagers de l’aéroport.

- Advertisment -