mercredi 22 mai 2024

Hépatites virales : le Maroc s’engage à lutter contre ces infections silencieuses

-

Il y a quelques jours, l’Organisation mondiale de la santé a tiré la sonnette d’alarme sur la constante augmentation des nombres de décès dus à l’hépatite virale dans le monde qui dépasse les 3500 morts par jour. Qu’est-ce que l’hépatite virale ? Et quel est l’état des lieux au Maroc ? Réponses

Le nombre de décès dus à l’hépatite virale est passé de 1.1 million en 2019 à 1.3 millions en 2022 dans 187 pays. C’est ce qui ressort du rapport dévoilé par l’OMS à l’occasion du Sommet mondial sur l’hépatite.
Des tendances alarmantes
L’hépatite virale est la deuxième cause de décès due à une maladie infectieuse dans le monde. Selon le dernier rapport de l’OMS, 3.500 personnes meurent chaque jour dans le monde des suites d’une infection par les hépatites, soit 83% de l’hépatite B et 17% de l’hépatite C.
Toujours selon la même source, 254 millions de personnes vivaient avec l’hépatite B et 50 millions avec l’hépatite C en 2022.
Dans toutes les régions, seulement 3% des personnes vivant avec une infection chronique par l’hépatite B ont reçu un traitement antiviral à la fin de 2022, contre 20% ayant reçu un traitement curatif pour l’hépatite C.

Pire encore, le rapport de l’OMS explique que de nombreux pays ne parviennent pas à se procurer des médicaments génériques abordables contre l’hépatite virale malgré leur disponibilité.

Quid du Maroc ?

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale a réalisé une première enquête nationale de prévalence des hépatites virales.
Réalisée auprès des ménages, cette étude a visé la population générale consentante, âgée de cinq ans et plus comme le précise Ibtissam Khoudri, chef de service à la Direction d’épidémiologie et de lutte contre les MST Sida: « cette étude a démontré que le Maroc est un pays de faible prévalence pour les hépatites virales » et d’ajouter « On a pu définir la prévalence de l’hépatite C comme étant 0,5% de la population générale. Pour l’hépatite B, 0,7% des Marocains sont porteurs de ce virus ».
L’enquête a également montré que cette prévalence des hépatites virales augmente à 1% chez les adultes âgés de plus de 41 ans.
Conscient de la gravité de la maladie, le ministère de la Santé et de la Protection sociale s’est engagé depuis des années pour y faire face.
Dans ce sens, la tutelle a élaboré en 2022 un plan stratégique national de lutte contre les hépatites virales qui vise l’élimination de ces infections à l’horizon 2030.

Ce plan a également pour but de réduire les nouvelles infections liées aux hépatites virales de 50% d’ici 2026, et de réduire les décès liés à ces infections de 50% d’ici 2026.
« Le plan du ministère de la santé a plusieurs interventions stratégiques lié notamment à la surveillance épidémiologique, à la connaissance et à la recherche médicale » précise notre source avant d’ajouter « il y a également un objectif stratégique qui est lié à la prévention de la transmission des hépatites virales, que ce soit par la vaccination pour l’hépatite B, la sensibilisation sur les moyens de transmission…Et puis, un objectif stratégique très important qui est celui dédié au dépistage rapide pour l’hépatite C. Ce programme de dépistage de l’hépatite Ca démarré au niveau des structures du ministère de la Santé gratuitement au niveau des centres de santé depuis 2022 ».
Toujours selon la même source au jour d’aujourd’hui, nous disposons des tests rapides qui peuvent nous renseigner en 15 minutes sur le statut sérologique. Par la suite, on peut prendre en charge gratuitement les patients au niveau des structures du ministère, en offrant les moyens de diagnostic, la confirmation par la biologie moléculaire, mais aussi par la mise à disponibilité des médicaments à titre gracieux par le ministère de la Santé. Et puis, un cinquième objectif stratégique qui est celui de la coordination et de la gouvernance avec l’ensemble des partenaires, le renforcement du partenariat avec le secteur communautaire, avec le secteur pénitentiaire, avec le secteur privé. Et puis, bien sûr, tout le volet lié au financement durable de ce plan stratégique ».

Côté réalisation, plus de 300.000 tests rapides ont été réalisé comme le confirme notre source « depuis le lancement de ce plan stratégique en 2022, plus de 300 000 tests rapides de dépistage de l’hépatite C ont été réalisés. Et jusqu’au jour d’aujourd’hui, il y a plus de 1000 cas d’hépatite C chroniques qui ont pu bénéficier du traitement au niveau des structures du ministère de la Santé » et d’ajouter « On compte continuer dans ce sens, accélérer le dépistage et accélérer les objectifs de prise en charge. Et puis, on compte aussi étendre ces interventions pour l’hépatite virale B, pour qu’on puisse également mettre en place un dispositif de dépistage et de prise en charge de ces infections, toujours dans l’objectif d’éliminer ces infections à l’horizon 2030 »

Hépatites virales, des maladies silencieuses

L’hépatite virale est une maladie silencieuse comme le précise notre source ‘très souvent, on n’est pas conscient qu’on est porteur du virus. Ce dernier peut se multiplier pendant des années jusqu’à détruire le foie. Le patient peut même atteindre un stade avancé comme la cirrhose et le cancer du foie » et de préciser « pourtant le diagnostic est très simple qui se fait par un test rapide sur le doigt capillaire pour savoir si on est infecté ou pas par l’hépatite B et l’hépatite C » explique notre source qui rappelle que ces deux infections se transmettent par le sang mais aussi lors de la grossesse. L’hépatite B se transmet également par voie sexuelle.

Traitement et prévention

Pour se protéger de l’hépatite B, un vaccin est disponible au Maroc. D’ailleurs, l’enquête réalisée par le ministère a révélé que sur un total de 3.762 de participants âgés entre 5 et 18 ans et correspondant aux enfants vaccinés dans le cadre du Programme National d’Immunisation, 97% avaient reçu au moins une dose du vaccin contre le VHB, 91% en avaient reçu 3 doses. La vaccination a été réalisée dans 99,7% dans le secteur public.
Le vaccin contre le VHB a été administré dans la première semaine de naissance dans 3,6% des cas (24% des cas dans les premières 24h suivant la naissance).
Contrairement à l’hépatite B, il n’y a à ce jour aucun vaccin contre l’hépatite C d’où l’importance du dépistage précoce. Par contre, le Maroc dispose d’un traitement efficace contre cette maladie comme le précise notre source « nous disposons des médicaments les plus efficaces pour traiter l’hépatite C. Au jour d’aujourd’hui, c’est la première maladie virale qu’on est capable de guérir en trois mois seulement. Le traitement peut atteindre six mois dans quelques cas exceptionnels. Et cela est possible, depuis 2016, où on a pu, au Maroc, rendre disponible ces médicaments. Et on a même certains qui sont fabriqués localement ici dans le pays » conclut notre source.

- Advertisment -