dimanche 26 mai 2024

L’Iran a lancé une attaque de drones contre Israël

-

L’Iran a lancé samedi une attaque de drones contre Israël, près de deux semaines après un raid contre le consulat iranien à Damas imputé à Israël, faisant craindre une explosion au Moyen-Orient.

La télévision d’État iranienne a annoncé dans la nuit de samedi à dimanche que le Corps des gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique, a lancé une «vaste» attaque de «drones et de missiles» vers Israël.

«En réponse aux nombreux crimes commis par le régime sioniste, notamment l’attaque contre la section consulaire de l’ambassade de la République islamique d’Iran à Damas et le martyre d’un groupe de commandants et conseillers militaires de notre pays en Syrie, l’armée de l’air de la Force aérospatiale du Corps des Gardiens de la révolution islamique a tiré des dizaines de missiles et de drones sur des cibles spécifiques à l’intérieur des territoires occupés», a déclaré la télévision d’État en citant les relations publiques des Gardiens.

Cette opération, baptisée «promesse honnête», a été «lancée avec l’approbation du Conseil suprême de sécurité nationale et sous la supervision de l’état-major général des forces armées», a précisé la télévision, en indiquant que ses détails seront bientôt «portés à l’attention du peuple héroïque d’Iran et des combattants de la liberté du monde entier».

Dans les minutes ayant suivi le début de l’opération, le compte X du Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, a republié un message affirmant: «le régime diabolique va être puni».

Le 3 avril, l’ayatollah Khamenei avait déclaré qu’Israël serait «giflé» après les frappes aériennes qui lui ont été imputées sur l’annexe consulaire de l’ambassade iranienne à Damas, dans laquelle ont péri sept Gardiens de la Révolution, dont deux généraux de la Force Qods, qui intervient hors d’Iran.

Le ministre iranien de la Défense, le général de brigade Mohammad Reza Ashtiani, a lancé un avertissement sévère à tout pays qui permettrait à Israël d’utiliser son espace aérien ou son territoire pour attaquer l’Iran, affirmant qu’il serait confronté à une «réponse décisive» de la part de l’Iran.

«Tout pays qui ouvrirait son espace aérien ou son territoire à Israël pour attaquer l’Iran recevrait une réponse décisive de notre part», a rapporté l’agence de presse nationale IRNA, citant M. Ashtiani.

   L’IRAN SURVEILLE LA SITUATION

«L’Iran a lancé des drones depuis son territoire en direction d’Israël», a déclaré Daniel Hagari, le porte-parole de l’armée israélienne dans une allocution télévisée, peu après 23H00 (20H00 GMT).

«Nous surveillons la menace dans l’espace aérien. C’est une menace qui prendra plusieurs heures pour atteindre le territoire de l’État d’Israël», a ajouté le contre-amiral Hagari. «Nous travaillons en étroite collaboration avec les États-Unis et nos partenaires dans la région afin d’agir contre les lancements et de les intercepter.»

Juste avant cette annonce, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré que son pays s’était préparé à «l’éventualité d’une attaque directe de l’Iran» et était «prêt à faire face à n’importe quel scénario, tant en matière de défense que d’attaque».

«Nous apprécions la présence des États-Unis aux côtés d’Israël, ainsi que le soutien de la Grande-Bretagne, de la France et de nombreux autres pays», a ajouté M. Netanyahu dans une allocution vidéo, au moment où son armée est engagée dans une guerre dévastatrice à Gaza.

La Jordanie, voisine d’Israël, a elle annoncé la fermeture temporaire de son espace aérien, en invoquant «une situation dangereuse au Moyen-Orient». L’Irak, frontalier de l’Iran, a fermé également son espace aérien.

Avant l’attaque, l’administration américaine avait annoncé que le président Joe Biden devait retourner à la Maison-Blanche pour consulter son équipe de sécurité nationale sur «les événements au Moyen-Orient». Vendredi, M. Biden a dit s’attendre à ce que l’attaque iranienne ait lieu «bientôt».

   FERMETURE DES ÉCOLES

Face aux menaces iraniennes, les États-Unis ont réaffirmé leur «engagement inébranlable en faveur de la sécurité» de l’allié israélien, et annoncé l’envoi de renforts au Moyen-Orient.

L’Iran a juré de «punir» Israël après une frappe le 1er avril contre son consulat à Damas qui a coûté la vie à deux généraux des Gardiens de la Révolution. Téhéran a accusé Israël qui n’a ni confirmé ni démenti.

L’attaque iranienne a été annoncée après la saisie en début de journée par les forces spéciales maritimes des Gardiens de la Révolution d’un navire accusé d’être «lié» à Israël, avec 25 membres d’équipage à bord, dans les eaux du Golfe.

«Au regard des conditions de sécurité», Israël a annoncé la fermeture des écoles et va restreindre les rassemblements. Dimanche, premier jour de la semaine en Israël, et lundi, «les activités d’enseignement, les voyages et les sorties» scolaires et périscolaires sont suspendus en Israël, a dit Daniel Hagari.

- Advertisment -