lundi 27 mai 2024

Les scénarios probables de fin du monde selon les astronomes

-

Dans cinq milliards d’années, notre Soleil rendra son dernier souffle. Le visage du Système solaire en sera bouleversé. Notre Terre survivra-t-elle à la mort de son étoile ? La question est posée par les scientifiques.

Un jour viendra où notre Soleil mourra. Ce n’est pas pour demain. Mais les scientifiques se posent depuis longtemps la question de savoir ce qu’il adviendra alors de notre Système solaire en général et de la Terre en particulier. Sera-t-elle engloutie, déchiquetée ou préservée ? Dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, des chercheurs de l’université de Warwick (Royaume-Uni) écrivent leur scénario.

Rappelons d’abord ce que les  admettent désormais très communément. Que dans environ cinq milliards d’années, le Soleil aura brûlé son combustible et se mettra à gonfler. Il se transformera alors en une étoile géante rouge. Et il perdra peu à peu de sa masse. Puis, après avoir soufflé son enveloppe externe, il ne restera plus de lui qu’une naine blanche entourée de gaz. Une  comme il en existe beaucoup.

   À la mort du Soleil, la Terre sera-t-elle préservée ?

C’est d’ailleurs en étudiant ces systèmes lointains que les chercheurs britanniques sont parvenus à formuler quelques hypothèses quant à l’avenir du  et la Terre. Ils racontent ainsi que lors de la phase d’expansion de notre Étoile,  et  seront très certainement englouties. Concernant notre Planète, la seule chose qui est acquise, c’est qu’elle deviendra tout à fait inhabitable. Si elle parvient à échapper au destin de ses sœurs plus proches du Soleil – cela dépendra de la quantité de masse perdue par le Soleil -, en effet, elle perdra quand même son  et ses océans.

Mars et les quatre planètes géantes gazeuses de notre Système solaire devraient, quant à elles, s’en sortir et rester en  autour de la  que deviendra notre Soleil dans cinq milliards d’années. Leurs  ainsi que les  sont, de leur côté, destinés à être déchiquetés pour finir par tomber sur le reste de l’étoile.

   Des transits qui écrivent l’avenir de la Terre

Les astronomes sont arrivés à ces conclusions en analysant les transits d’objets devant des naines blanches. Les  – caractérisés par des baisses de  des étoiles en question – de débris ont en effet des formes étranges, chaotiques et désordonnées. Et lorsque des astéroïdes, des lunes et des planètes s’approchent de naines blanches, l’énorme  de ces étoiles a tendance à déchirer ces petits corps planétaires en morceaux de plus en plus petits. Jusqu’à ce qu’il n’en reste que des poussières qui tombent sur les naines blanches. De quoi permettre aux chercheurs de déterminer leur nature originelle.

Les astronomes de l’université de Warwick ont étudié trois naines blanches pendant 17 ans. Une première, ZTF J0328−1219, s’est montrée longtemps stable, mais a connu un événement catastrophique majeur en 2010. Une autre, ZTF J0923+4236, s’est assombrie de manière irrégulière tous les deux mois. La troisième, WD 1145+017, a présenté de grandes variations dans le nombre, la forme et la profondeur des transits. Et la nature imprévisible de ces transits a surpris les chercheurs. « Le sort de ces systèmes est bien plus complexe que nous n’aurions jamais pu l’imaginer, indique Boris Gaensicke, astronome, dans un communiqué. Ils évoluent dans un environnement chaotique ».

- Advertisment -