mardi 21 mai 2024

Sentence de prison pour avoir volé le journal intime de la fille de Joe Biden

-

Une Américaine qui a plaidé coupable d’avoir volé et vendu le journal intime de la fille de Joe Biden pendant qu’il était candidat à la présidence américaine aurait écopé d’une sentence d’un mois de prison, après avoir été vivement rabrouée par la juge. 

«[Ces actions étaient] ignobles et par conséquent très graves», a martelé mardi la juge Laura Taylor Swain sans mâcher ses mots, devant la cour fédérale de New York, selon ce qu’a rapporté la BBC.

L’accusée Aimee Harris, 41 ans, a ainsi pris le chemin de la prison où elle passera le prochain mois avant de poursuivre sa peine à domicile durant les trois mois suivants, a tranché la juge, après qu’elle ait plaidé coupable de complot visant à transporter des biens volés à travers les frontières de l’État en 2022.

Car en 2020, au moment où Joe Biden avait annoncé sa candidature pour la course présidentielle, sa fille Ashley Biden était demeurée chez une amie à Delray Beach, en Floride, où elle aurait conservé un journal intime et d’autres objets personnels sur les lieux.

En parallèle, l’accusée avait obtenu la permission du propriétaire pour séjourner sur les lieux et serait tombée sur l’item qu’elle aurait sitôt tenté de vendre, avec son complice Robert Kurlander, à la campagne présidentielle de son opposant, Donald Trump, selon BBC.

Elle aurait ensuite lancé la proposition au Project Veritas, un groupe ultraconservateur connu pour son soutien au milliardaire républicain et pour ses coups médiatiques impliquant la divulgation de données personnelles, qui lui aurait mordu à l’hameçon, avait précédemment rapporté l’AFP.

En plus de la peine de prison, la quadragénaire de Palm Beach sera obligée de renoncer aux 20 000 $ US qu’elle aurait empochés par la vente du journal, a tranché la juge.

«Voler les effets personnels d’un membre de la famille d’un candidat et les vendre à une organisation pour les exploiter à des fins politiques était mal et illégal, quel que soit l’agenda politique», ont réagi les procureurs dans une note de condamnation, en soutenant que les actions étaient motivées par l’argent et la politique, selon la BBC.

De son côté, la quadragénaire s’est excusée à la fille du président pour ses gestes.

Son complice, qui a également plaidé coupable, devrait également obtenir sa sentence à une date ultérieure.

- Advertisment -