mardi 28 mai 2024

OMS:Le plus grand hôpital de Gaza, une «coquille vide» parsemée de cadavres

-

Le plus grand hôpital de Gaza a été réduit à une «coquille vide» parsemée de dépouilles humaines par la dernière opération israélienne contre lui, a dénoncé samedi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les forces israéliennes se sont retirées de l’hôpital al-Chifa de la ville de Gaza lundi, après une opération de deux semaines, durant laquelle elles ont déclaré avoir lutté contre des combattants palestiniens à l’intérieur de ce qui était le plus important complexe médical du territoire palestinien.

Une mission dirigée par l’OMS a pu accéder à l’hôpital vendredi, a indiqué cette agence des Nations unies.

«Al-Chifa, autrefois l’épine dorsale du système de santé à Gaza, n’est plus qu’une coquille vide avec des tombes», a écrit le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, sur X.

Dans un communiqué, l’OMS indique qu’il n’y avait plus aucun patient dans l’hôpital, où «de nombreuses tombes peu profondes» ont été creusées à l’extérieur du service des urgences et des bâtiments administratifs et chirurgicaux.

«Dans la même zone, de nombreux cadavres ont été partiellement enterrés avec leurs membres visibles», relève l’OMS, dont le personnel a signalé «une odeur âcre de corps en décomposition».

La mission, en coopération avec d’autres agences de l’ONU et le directeur intérimaire de l’hôpital, a constaté que «l’ampleur de la dévastation a rendu l’établissement totalement inutilisable».

«La plupart des bâtiments sont largement détruits et la majorité du matériel endommagé ou réduit en cendres», a déclaré M. Tedros.

L’OMS invoque le témoignage du directeur intérimaire de l’hôpital, selon lequel les patients ont été «maintenus dans des conditions épouvantables» durant l’opération israélienne.

«Ils ont souffert d’un manque cruel de nourriture, eau, soins de santé, hygiène», déplacés «d’un bâtiment à l’autre sous la menace d’une arme». Au moins 20 patients seraient décédés.

M. Tedros a déploré que les efforts, notamment de l’OMS, pour rétablir les services de base après le premier raid d’Israël sur l’hôpital l’année dernière «sont maintenant perdus», privant la population «d’accès à des services de soins de santé vitaux».

Seuls 10, sur 36 des principaux hôpitaux de Gaza, sont encore partiellement fonctionnels, selon l’OMS.

L’opération à Gaza, menée en représailles par Israël, a tué au moins 33 137 personnes, principalement des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

- Advertisment -