mardi 23 avril 2024

Enquête pour corruption: Luis Rubiales arrêté à son arrivée à l’aéroport de Madrid

-

L’ex-président de la Fédération espagnole de football Luis Rubiales a été interrogé mercredi par la police à son arrivée à l’aéroport de Madrid-Barajas en provenance de République dominicaine dans le cadre d’une enquête pour corruption, avant d’être laissé en liberté.

Cette enquête est distincte de l’affaire dite du «baiser forcé» sur la bouche qu’il avait infligé sans son consentement à l’internationale Jenni Hermoso après la victoire de la «Roja» en finale de la Coupe du monde le 20 août dernier à Sydney.

Arrivé dans la matinée à Madrid-Barajas à bord d’un vol commercial, Luis Rubiales, 46 ans, est descendu de l’avion escorté par un policier, puis a été conduit à bord d’une camionnette dans les locaux de la Garde civile dans l’aéroport.

Il a été interrogé et informé de sa mise en examen avant d’être relâché, a-t-on appris de sources proches de l’enquête.

Luis Rubiales, dont tous les faits et gestes sont suivis par la presse espagnole depuis l’affaire du «baiser forcé», n’a pas quitté l’aéroport par la sortie principale, où l’attendaient des centaines de journalistes.

À la suite du scandale provoqué par le baiser imposé à Jenni Hermoso, l’ex-patron du football espagnol a démissionné en septembre de son poste de président de la Fédération espagnole de football (RFEF), avant d’être suspendu par la Fédération internationale (Fifa).

Il a été parallèlement mis en examen pour agression sexuelle dans ce dossier. La date du procès n’est pas encore connue, mais le parquet a annoncé qu’il demanderait une peine de deux ans et demi de prison contre l’ancien homme fort du ballon rond espagnol.

L’autre affaire judiciaire dans laquelle il est impliqué et qui lui a valu d’être interrogé mercredi concerne des irrégularités dans les contrats signés par la RFEF au cours des cinq dernières années, notamment les conditions dans lesquelles la Supercoupe d’Espagne a été délocalisée en Arabie saoudite.

Luis Rubiales est accusé de «blanchiment d’argent, corruption commerciale, administration déloyale et appartenance à une organisation criminelle» dans cette enquête, qui a conduit à la perquisition du siège de la RFEF le 20 mars dernier et à l’arrestation de sept personnes, relâchées depuis.

Son domicile près de Grenade (sud de l’Espagne) avait également été perquisitionné ce jour-là.

Luis Rubiales se trouvait alors en République dominicaine «pour affaires». Il prévoyait initialement de revenir en Espagne le 6 avril, mais a avancé son retour pour pouvoir se défendre dans cette affaire.

Dans une interview à la chaîne La Sexta qui sera diffusée mercredi soir et dont certains extraits ont été transmis à la presse, il indique que son domicile en République dominicaine a aussi fait l’objet d’une perquisition en début de semaine.

- Advertisment -