jeudi 25 avril 2024

Présidentielle anticipée en Algérie: Washington demande des explications sur les véritables intentions du régime

-

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ahmed Attaf, a reçu lundi le 25 mars dernier un appel téléphonique du secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken.

Le contenu intégral de cet échange téléphonique ne correspond pas du tout à ce qui a été rapporté officiellement par le communiqué diffusé officiellement par la Diplomatie algérienne à travers l’agence de presse algérienne officielle l’APS.

En effet, rapporte le site « Maghreb intelligence » citant plusieurs sources diplomatiques concordantes, cet entretien téléphonique n’a pas tourné uniquement autour du sujet « des derniers développements concernant la situation à Gaza », comme le prétend le communiqué de la diplomatie algérienne qui s’est contentée de rendre public uniquement les échanges de Blinken avec Attaf qui ont porté seulement sur les négociations au sein du Conseil de sécurité concernant le projet de résolution présenté par les dix membres élus de l’organe onusien  » E-10″ dans l’objectif de promouvoir un cessez-le-feu à Gaza.

Selon les mêmes sources, Anthony Blinken n’a pas hésité également à aborder avec Ahmed Attaf la délicate question de l’élection présidentielle anticipée du 7 septembre prochain qui a été annoncée le 21 mars dernier par la Présidence algérienne.

Le haut responsable américain a soulevé des interrogations qui ont été soumises à son interlocuteur algérien concernant l’évolution de la situation politique en Algérie et son impact sur la stabilité régionale.

Les mêmes sources assurent que Blinken a bel et bien entrepris une démarche auprès d’Ahmed Attaf pour obtenir des éclaircissements sur les véritables intentions du régime algérien qui a surpris l’opinion publique internationale en annonçant une élection présidentielle anticipée sans fournir la moindre explication à sa propre population.

D’autre part, ajoute les même sources, des responsables de l’ambassadeur américaine à Alger ont pris de nombreux contacts avec des personnalités algériennes ou des interlocuteurs attitrés du gouvernement algérien pour tenter d’obtenir des informations approfondies sur la décision surprenante d’Abdelmadjid Tebboune d’organiser une élection présidentielle anticipée à moins de 4 mois de la fin de son mandat présidentiel.

D’après les mêmes sources, les diplomates américains ont été fortement intrigués par la composition de ce conseil « qui avait été convoqué par le Président algérien avant de rendre public la décision d’organiser une élection présidentielle anticipée. Un conseil ayant regroupé le patron de l’armée avec les présidents du conseil constitutionnel, du parlement et du sénat algérien ».

Un conseil que de nombreux observateurs avertis de l’actualité algérienne n’ont pas hésité de qualifier de « conseil de guerre » qui pourrait décréter l’état d’urgence dans le pays en prévision d’une potentielle guerre aux frontières du pays. Un scénario cauchemardesque qui hante les diplomates américains lesquels sont fortement mobilisés depuis 2023 pour dissuader les dirigeants algériens d’exprimer la moindre velléité belliqueuse à l’encontre de certains pays voisins avec lesquels l’Algérie est terriblement en froid ces dernières années.

- Advertisment -