mardi 16 avril 2024

Tunisie: quatre accusés condamnés à mort pour l’assassinat de l’opposant Belaïd en 2013

-

Quatre accusés jugés en Tunisie pour l’assassinat de l’opposant de gauche Chokri Belaïd en 2013 ont été condamnés à mort, dans le tout premier verdict prononcé mercredi dans cette affaire qui avait secoué le pays et provoqué une grave crise politique.

Au total, 23 personnes étaient inculpées pour l’assassinat par balles dans sa voiture devant son domicile le 6 février 2013 de l’avocat de 48 ans, critique virulent du parti islamo-conservateur Ennahdha, à l’époque au pouvoir en Tunisie.
Après 11 ans d’enquêtes et poursuites judiciaires, le tribunal de première instance de Tunis a également condamné deux accusés à la prison à perpétuité, a annoncé à l’aube sur la télévision nationale Aymen Chtiba, procureur général adjoint du pôle judiciaire antiterroriste.
« Justice a été rendue », a estimé le procureur, expliquant la longueur des délibérés, qui ont duré pendant près de 15 heures, par « la nature et le volume » du dossier.

Entouré de manifestants de gauche réunis comme chaque mercredi au centre de Tunis pour réclamer la vérité sur cette affaire, le frère de Chokri Belaïd, Abdelmajid, a salué « une première bataille gagnée dans cette guerre, tout en promettant de poursuivre « sa lutte », notamment contre « la manipulation du dossier ».
Les proches de Chokri Belaïd ont à de nombreuses reprises pointé du doigt Ennahdha, accusant notamment le mouvement de s’être montré « indulgent » envers le discours des islamistes extrémistes qui s’était développé à l’époque.
Quelques heures après le verdict, Zouhaier Ben Abdallah, procureur de la République près du tribunal de première instance de Tunis et responsable à ce titre du pôle judiciaire anti-terroriste, a été démis de ses fonctions, sans qu’aucune explication ne soit donnée, ont rapporté les médias.
Ennahdha a estimé dans un communiqué que les condamnations prononcées mercredi « prouvent (son) innocence ». Le parti a dénoncé « une volonté de certains courants idéologiques et partis politiques de l’accuser à tort ».
« Dans leur communiqué, ils affirment que les coupables ont été trouvés et que le dossier est clos mais ce n’est pas vrai, a rétorqué Abdelmajid Belaïd, assurant qu’il y aurait « bientôt un autre procès d’autres accusés qui étaient en relation directe avec Rached Ghannouchi, chef d’Ennahdha et principale figure de l’opposition, emprisonné depuis plus d’un an.

Moratoire

Des peines de 2 à 120 ans d’emprisonnement ont aussi été prononcées contre d’autres inculpés tandis que cinq individus ont bénéficié d’un non-lieu.
Si la justice tunisienne prononce régulièrement des condamnations à la peine capitale, notamment dans des affaires de terrorisme, un moratoire est appliqué de facto depuis les dernières exécutions menées en octobre 1991 lorsque trois membres d’Ennahdha avaient été pendus sous le régime du dictateur Zine El Abidine Ben Ali.
Des jihadistes ralliés au groupe Etat islamique (El) avaient revendiqué l’assassinat de Chokri Belaïd ainsi que celui, six mois plus tard, du député Mohamed Brahmi, une autre figure de l’opposition de gauche.
Les autorités tunisiennes avaient annoncé en février 2014 la mort de Kamel Gadhgadhi, considéré comme le principal auteur de l’assassinat de Chokri Belaïd, pendant une opération antiterroriste.
Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi s’opposaient à la politique d’Ennahdha, qui a dominé le Parlement et le gouvernement après la révolution tunisienne de 2011 jusqu’à un coup de force de l’actuel président Kais Saied qui s’est arrogé les pleins pouvoirs en juillet 2021.

Les deux assassinats avaient constitué un tournant pour la Tunisie, berceau du Printemps arabe alors en pleine transition démocratique, en provoquant des manifestations et une crise politique au terme de laquelle Ennahdha avait dû céder le pouvoir à un gouvernement de technocrates en 2014.
En juin 2022, le président Kais Saied, qui considère l’assassinat des deux « martyrs » comme une cause nationale, avait ordonné la révocation de dizaines de magistrats soupçonnant certains d’avoir entravé l’enquête, faisant écho aux récriminations des familles et de la défense des deux opposants.
Ennahdha a toujours nié toute implication et après les assassinats, avait classé comme organisation terroriste le mouvement salafiste jihadiste Ansar al-Charia, toléré dans le pays depuis la chute de Ben Ali.
A l’époque, la Tunisie avait également connu un essor des groupes jihadistes avec des milliers d’islamistes partis combattre en Syrie, Irak et Libye.
Des attentats avaient également fait des dizaines de morts, dont près de 60 touristes tués en 2015 au musée du Bardo à Tunis et dans la station balnéaire de Sousse.

- Advertisment -