mercredi 24 avril 2024

Revue de presse de ce mardi 26 mars 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi 26 mars 2024:

L’Opinion

  • Depuis l’an 2000, le Maroc a fait face à une baisse constante du taux d’activité féminin, chutant de manière significative de 28,1% à seulement 19% en 2023. Une statistique préoccupante qui contraste nettement avec le taux d’activité masculin, lequel se maintient à 69% pour la même année. Cette disparité de genre place le Maroc parmi les nations affichant les plus faibles taux d’activité féminins à l’échelle mondiale. Cette tendance à la baisse est exacerbée par plusieurs facteurs. Premièrement, l’économie marocaine ne parvient pas à générer suffisamment d’emplois pour absorber la croissance démographique. Les femmes sont particulièrement touchées par la diminution globale du taux d’activité. L’étude réalisée par le HCP révèle également que les femmes sont confrontées à un taux de chômage plus élevé que les hommes, atteignant 18,3% contre 11,5% respectivement. De plus, une grande proportion (41,5%) des femmes exerce dans le secteur agricole, souvent dans des emplois précaires et non rémunérés.
  • Selon le document intitulé «Morocco Tourism Report», le secteur touristique devrait continuer à se développer en 2024, après une reprise complète en 2023, qui été marquée par un nouveau record des indicateurs touristiques avec 14,5 millions d’entrées. A moyen terme, entre 2024 et 2028, le rapport de Fitch Solutions estime que les niveaux d’arrivées se renforceront, avec une croissance tirée par les marchés européens comme la France. L’augmentation des arrivées soutiendra les dépenses de voyage et de transport au Maroc, ce qui se traduira par une croissance constante des recettes du tourisme international au cours de la période indiquée. « Le Maroc reste une destination de voyage de haute qualité à des prix relativement raisonnables, ce qui la rend attrayante pour les consommateurs européens soucieux de réduire leurs dépenses de voyage », précise le rapport estimant que le nombre de visiteurs augmenterait de 6,2 % en 2024, pour atteindre 15,4 millions, un nouveau record.
  • Après de longues négociations entre le Maroc et l’Espagne concernant la reconnaissance réciproque des permis de conduire, notamment pour les véhicules de grande taille, la décision tant attendue a été finalement publiée. L’accord final entre les deux Royaumes a été annoncé dans le numéro 73 du Journal Officiel espagnol datant de samedi dernier. Cet accord, conclu à Madrid les 29 février et 6 mars 2024, modifie les termes de l’accord précédent signé entre les deux nations en 2004. Désormais, seuls les tests pratiques sur les routes espagnoles seront requis pour les professionnels souhaitant échanger leurs permis des catégories «C», «D» et «E». Le changement concerne principalement les conducteurs professionnels marocains demandant l’échange de leurs permis pour les équivalents espagnols des catégories C, C+E, D et D+E.

Le Matin

  • Dans une démarche visant à consolider l’indépendance de la justice et à promouvoir un système judiciaire intègre et crédible, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) vient d’adopter un nouveau règlement intérieur. Fruit d’un processus d’harmonisation avec les lois organiques 100.13 et 106.13 récemment modifiées, ce texte ambitieux redéfinit les modalités d’organisation et de fonctionnement de cette instance constitutionnelle. Véritable feuille de route pour le CSPJ, il apporte des changements profonds dans la gestion des carrières des magistrats, la transparence des procédures disciplinaires et l’examen des réclamations contre le corps judiciaire. Un accent particulier est également mis sur le renforcement de l’éthique, de la déontologie et de l’indépendance des juges.
  • Depuis que sa formation est passée dans le camp de l’opposition, le secrétaire général du Mouvement populaire ne manque jamais une occasion pour fustiger le gouvernement. Samedi dernier, lors de son passage à Baït Assahafa à Tanger, il s’en est pris une nouvelle fois à l’Exécutif et à sa majorité. Mohamed Ouzzine a également évoqué les promesses électorales de la majorité, la réforme de la Moudawana et la grève dans les Facultés de médecine et de pharmacie. En ce qui concerne les spéculations sur un prochain remaniement du gouvernement, Ouzzine est d’avis que, de toute façon, cela ne servira à rien, tant que le programme du gouvernement restera le même. «Pourquoi un remaniement ? Pour remplacer des personnes ? S’il y a une chose à changer, c’est bien le programme du gouvernement, car sur les dix promesses faites, aucune n’a été honorée jusqu’à présent», soutient-il.
  • Le constat établi par le think tank «Po- licy Center for the New South» dans sa dernière publication «Au fil de l’eau : l’innovation hydrique au Maroc», rendue publique vendredi dernier, confirme ce que l’on savait déjà. Le Maroc traverse l’une des périodes de sécheresse les plus difficiles. Mais ce qui caractérise particulièrement cette sécheresse, comme le souligne l’auteure de cet article de recherche, Fatima Ezzahra Mengoub, senior économiste au PCNS, c’est sa durée exceptionnelle de six années consécutives, marquant ainsi la période de sécheresse la plus longue de l’histoire du pays. En effet, sur cette période, le cumul des précipitations moyennes s’est établi à 127 mm seulement, contre une moyenne de 183 mm, représentant ainsi une baisse significative d’environ 30%. Cette situation critique se reflète également dans le niveau de remplissage des barrages, qui était de seulement 26% au 21 mars 2024, contre 34% à la même période de l’année précédente, ou même 71%, dix ans auparavant. Des statistiques alarmantes qui témoignent de l’ampleur du défi que représente la gestion des ressources en eau au Maroc.

Libération

  • Un nouveau round du dialogue social entre le gouvernement et les centrales syndicales est prévu ce mardi 26 mars dans un climat de tension sociale dans plusieurs secteurs. Plusieurs dossiers importants pourraient figurer à l’ordre du jour de cette séance, notamment le projet de loi organique régissant le droit de grève, la révision du Code du travail et la réforme du système de retraite. Le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri, avait annoncé que le round d’avril du dialogue social devrait connaître une issue heureuse pour le projet de loi régissant le droit de grève.
  • Le Roi Mohammed VI a adressé un message de félicitations à la présidente de la République hellénique Mme Ekaterini Sakellaropoulou, à l’occasion de la fête nationale de son pays. Dans ce message, le Souverain exprime à Mme Sakellaropoulou ses chaleureuses félicitations et ses sincères vœux de davantage de progrès et de prospérité au peuple grec ami. Le Roi saisit cette occasion pour exprimer sa détermination à continuer à œuvrer de concert avec la présidente grecque en vue de renforcer les relations étroites de coopération unissant les deux pays pour englober les différents domaines d’intérêt commun au service des deux peuples amis.

L’Economiste

  • C’est reparti pour un nouveau round du dialogue social. Les concertations avec les syndicats redémarrent aujourd’hui mardi 26 mars. L’Union marocaine du travail (UMT) va ouvrir le bal des négociations mettant en avant des revendications telles que l’amélioration du pouvoir d’achat et des revenus. Miloudi Moukharik, secrétaire général, plaide pour une hausse générale des salaires, suggérant «qu’elle ne devrait pas être inférieure aux 2.000 DH accordés aux enseignants». La révision de la grille de l’impôt sur le revenu (IR) est de nouveau sur la table: «Le gouvernement avait promis cette réforme pour 2023. Les mesures prises cette année-là ont eu un impact limité sur le pouvoir d’achat», déclare Moukharik. L’UMT vise également à porter le SMIG à 5000 DH, contre les 3140 DH actuels.
  • Le régime d’auto-entrepreneur, lancé en 2015 avec pour objectif de restructurer l’informel et de favoriser l’émergence de petites entreprises qui pourraient se transformer en sarl et peut-être aussi en SA, a séduit plus d’un demi-million de personnes (615.660 exactement), dont 389.565 sont actives. Mais, à la lecture des chiffres officiels de Barid Al Maghrib, le régime commence à faire des déçus depuis 2022. Ainsi, depuis 2017, les premiers auto-entrepreneurs ont commencé à déposer une demande de radiation du registre national des auto-entrepreneurs. Ils étaient une poignée: 23 personnes sur 29.007. Et entre 2017 et fin février de cette année, 118.116 personnes au total ont été radiées à leur demande. Soit un peu moins de 20% du nombre total d’auto-entrepreneurs inscrits au cours de la même période. Mais depuis les deux dernières années, les demandes de radiation ont commencé à connaître une tendance lourde. 42.048 dossiers validés en 2022.

Al Bayane

  • Une délégation du Parlement marocain prend part aux travaux de la Session extraordinaire de la sixième Législature du Parlement panafricain, qui se tient du 20 au 27 mars à Midrand, en Afrique du Sud. La Session extraordinaire sera dédiée au renouvellement de la formation du Bureau du Parlement panafricain à travers l’élection d’un nouveau Président et des premier et quatrième Vice-Présidents, conformément à la décision émanant de la 44ᵉ réunion du Conseil exécutif de l’Union africaine, tenue en février dernier à Addis-Abeba, qui prévoit pourvoir les postes vacants au sein du Bureau du Parlement panafricain, et ce, afin que cette organisation continentale reprenne son action et contribue activement à porter la voix des peuples africains, à défendre leurs intérêts vitaux et à mettre en œuvre les programmes et politiques de l’Union africaine, indique un communiqué de la Chambre des Représentants.

Al Massae

  • La probabilité d’inactivité des femmes au Maroc atteint un taux de 73%, bien plus élevée que celle des hommes, estimée à 7,5%, révèle le Haut-Commissariat au Plan (HCP) dans une étude intersectionnelle sur la participation des femmes au marché du travail marocain. Cette disparité est d’autant plus marquée chez les femmes mariées, dont la probabilité d’être inactive atteint 81,9% (3,1% chez les hommes mariés), que chez les jeunes femmes âgées de 25 à 34 ans, avec une probabilité de 79,4% (3,3% pour les jeunes hommes), indique l’étude réalisée dans le cadre du Partenariat d’assistance technique – Mécanisme de déploiement d’experts (PAT-MDE).

Al Alam

  • Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch a reçu, lundi à Rabat, une délégation de membres du Congrès américain composée de six députés représentant les partis républicain et démocrate, accompagnée de l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Maroc, Puneet Talwar. Au cours de cette rencontre, les deux parties ont mis en lumière les différents volets de la coopération bilatérale multisectorielle, exprimant leur satisfaction quant à l’évolution positive du volume des échanges commerciaux, qui sont passés de 43,4 milliards de dirhams en 2021 à 68,9 milliards de dirhams actuellement, relève le communiqué. Les deux parties ont également souligné la capacité du Maroc à constituer une plateforme pour les investissements américains dans le continent africain, dans le cadre d’un partenariat mutuellement bénéfique.

Bayane Al Yaoum

  • La ville de Meknès abritera, les 10 et 11 mai prochain, la 2ème édition du Hackathon 0.2 de l’innovation, organisée à l’initiative de plusieurs partenaires pour promouvoir des solutions innovantes en lien avec plusieurs thématiques d’actualité. Initié par « le Cluster Valbiom Maroc » avec le soutien du ministère de l’Industrie et du Commerce et en partenariat avec l’université Moulay Ismaïl de Meknès, ce Hackathon a pour objectif de proposer des solutions innovantes et créatives aux problèmes relatifs à de nombreuses thématiques. Parmi les sujets retenus figurent « la valorisation et recyclage des déchets », « la mécatronique, et « l’industrie 4.0 », et « Le génie civil, et l’écoconstruction », indiquent les organisateurs dans un communiqué.

Al Ittihad alichtiraki

  • L’éducation se distingue comme un facteur clé modulant l’inactivité des femmes. Les variations des probabilités entre les niveaux d’éducation sont plus prononcées chez les femmes que chez les hommes. Ainsi, les personnes n’ayant pas de diplôme ont les probabilités d’inactivité les plus élevées, avec des différences importantes entre les hommes (6,8%) et les femmes (80,8%), révèle le Haut-Commissariat au Plan (HCP) dans une étude intersectionnelle sur la participation des femmes au marché du travail marocain.

Al Ahdat Al Maghribia

  • Le groupe socialiste (opposition) met en garde contre une tension sociale à venir à cause des coupures répétées de l’eau dans plusieurs villes marocaines, appelant à la tenue d’une réunion de la Commission des Infrastructures, de l’Energie, des Mines et de l’Environnement pour examiner ce sujet. Dans une demande adressée au président de la commission précitée, le groupe socialiste a souligné que plusieurs villes du Royaume ont connu des coupures d’eau sans qu’elles soient avisées par l’Office national de l’électricité et de l’eau potable. Selon la même source, ces coupures vont s’accentuer en été en l’absence d’indicateurs du gouvernement rassurant quant à l’approvisionnement des villes de cette matière vitale.

Assahra Almaghribia

  • La conseillère communale Fatiha El Moudni, du Rassemblement National des Indépendants (RNI), a été élue, lundi, à la majorité, présidente du Conseil communal de Rabat. Avec 66 voix obtenues sur un total de 81, El Moudni remplace Asmaa Rhlalou qui avait présenté sa démission du poste de maire de Rabat. Dans un mot à la suite de son élection, El Moudni a appelé les membres du nouveau bureau à « travailler main dans la main », ajoutant que le bureau s’apprête à relever de grands défis qui nécessitent une coordination entre toutes ses composantes.
- Advertisment -