mercredi 24 avril 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce samedi 23 mars 2024:

Libération

  • Pendant deux jours, les activités des tribunaux marocains ont été suspendues. Cette paralysie est due à une grève de 48 heures décidée par les membres du Syndicat démocratique de la justice (SDJ). L’objectif de cette action était de contraindre le gouvernement à assumer ses responsabilités et à honorer ses engagements pris lors des négociations du dialogue social. Le taux de réussite du débrayage a atteint plus de 90% dans les tribunaux du Royaume comme à Tanger, Taza, Ouarzazate, Meknès, Inezgane. « La grève a connu un grand succès. On a enregistré des taux élevés dans tous les tribunaux du Maroc, mis complètement à l’arrêt. Des dossiers ont été suspendus et des séances ajournées », a affirmé Youssef Aidi, secrétaire général du SDJ, dans une déclaration à Libé, précisant que « le taux le plus faible (70%) a été enregistré à Rabat». Youssef Aidi a renouvelé son appel à la mise en œuvre des outputs du dialogue social avec le ministère de la Justice, insistant sur la nécessité de promulguer le statut des greffiers adopté d’une manière consensuelle lors des concertations avec le ministère de la Justice.
  • L’indice des prix à la consommation (IPC) annuel moyen a enregistré, au terme de février 2024, une hausse de 0,3% par rapport au même mois de l’année 2023, selon le HCP. Cette augmentation est la conséquence de la hausse de l’indice des produits non alimentaires de 0,9% et de la baisse de celui des produits alimentaires de 0,4%, explique le HCP dans sa récente note d’information relative à l’IPC. Pour les produits non alimentaires, les variations vont d’une baisse de 1,1% pour la « Santé » à une hausse de 3,5% pour les « Restaurants et hôtels », précise la même source. Comparé au mois de janvier 2024, l’IPC a connu une baisse de 0,3%. Cette variation est le résultat de la baisse de 0,7% de l’indice des produits alimentaires et de la hausse de 0,1% de l’indice des produits non alimentaires.
  • La présidente de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), Nezha Hayat, a présenté le nouveau plan stratégique de l’Autorité pour la période 2024-2028. Fruit d’un travail collaboratif impliquant les ressources internes de l’Autorité et l’écosystème du marché des capitaux pour être au plus près de ses attentes et de ses besoins, ce troisième plan stratégique de l’AMMC s’inscrit dans la continuité des avancées enregistrées lors de la réalisation des deux précédents plans de l’Autorité, a indiqué Mme Hayat lors d’une conférence de presse. Visant l’atteinte d’un marché des capitaux efficient et innovant, au service du développement de l’épargne et du financement de l’économie, ce nouveau plan repose sur 4 grands piliers thématiques et 1 pilier transverse déclinés en plusieurs actions prioritaires, a-t-elle ajouté.

L’Economiste

  • Alors que le tourisme est sur orbite avec des indicateurs au vert et l’artisanat est relancé, Fatima Zahra Ammor s’est attaquée parallèlement à l’économie sociale et solidaire qui se trouve également dans son escarcelle. Un secteur important dans l’économie mais dont les chiffres ne sont pas encore disponibles. Mais rien que les coopératives représentent 2,5% du PIB. Pour le restructurer en profondeur, elle s’est lancée dans la préparation d’un nouveau cadre légal. Ainsi, son département a mené une étude approfondie dans le but d’élaborer un arsenal juridique consolidé autour d’un projet de loi-cadre destiné à accompagner le déploiement de la nouvelle stratégie de développement de l’ensemble de l’économie sociale et solidaire. Ce processus d’élaboration du texte est à un stade très avancé. Sa préparation est terminée. Il reste des arbitrages avec des départements concernés avant de l’introduire dans le circuit administratif et le programmer pour un conseil de gouvernement.
  • Pour trois années consécutives, la commune d’Ait Melloul, près d’Agadir, se positionne en tête du classement en matière d’accès à l’information, avec un score de 89/100, selon la dernière évaluation des sites web des collectivités territoriales par le Centre Tafra à travers son indicateur “SMIG Data des communes. Elle est suivie de Larache qui réalise une performance avec un score de 88 en 2023 contre 0 en 2021. A l’exception de Salé et Beni Mellal, les autres grandes communes se trouvent très loin de la tête du peloton. Marrakech est la mieux classée en occupant la 17e place devancée par Inzegane et Taroudant. Alors que Agadir, capitale de la région, se contente de la 25e place dépassant Rabat (rang 34) et Casablanca (44) avec un score de 33 en régression de 15 points par rapport à 2022. Lancé depuis quatre ans, ce travail d’évaluation est limité uniquement pour 81 communes dont la population dépasse 50.000 habitants, rappelle une source de Tafra. Il se fait à travers l’analyse de la qualité des informations publiées par les communes via leur site web.
- Advertisment -