dimanche 21 avril 2024

La Chine renforce son contrôle d’internet durant sa session parlementaire

-

La Chine a renforcé cette semaine son contrôle d’internet et notamment l’accès aux sites étrangers durant un important rendez-vous politique à Pékin, a indiqué à l’AFP un prestataire de services permettant de contourner la censure. 

Le pays surveille déjà étroitement ses médias et son internet, soumis à une censure des contenus qui présentent la politique de l’État sous un mauvais jour ou de nature à créer de l’agitation.

De nombreux sites (Google, Youtube…), applications et réseaux sociaux étrangers (X, Instagram, Facebook…) sont ainsi inaccessibles sans outils informatiques permettant de contourner la censure (VPN).

Un durcissement des restrictions est généralement observé autour de dates et d’événements sensibles.

«Nous travaillons d’arrache-pied pour ramener tous les services à la normale», a assuré Astrill, société enregistrée au Liechtenstein.

Le recours à un VPN ou tout autre outil permettant d’accéder à des sites internet interdits est illégal en Chine sans autorisation officielle.

Des employés de certains médias d’État et des diplomates chinois utilisent des VPN pour publier notamment sur le réseau social X (ex-Twitter), bloqué en Chine.

La session parlementaire a débuté lundi dernier et la Chine veille durant cette période à ce qu’aucun grain de sable ne vienne enrayer ce rituel politique.

Policiers et volontaires sont notamment appelés en renfort dans les rues de la capitale chinoise où les contrôles sont nombreux.

Contrairement à une tradition bien ancrée depuis trois décennies, le premier ministre Li Qiang n’organisera pas cette année de conférence de presse à la fin de la session parlementaire.

Ce rendez-vous est d’ordinaire particulièrement scruté par la presse étrangère pour connaître l’état d’esprit de celui qui a la responsabilité de la politique économique.

Tout mot-clé (hashtag) à ce sujet a été bloqué cette semaine sur le réseau social Weibo, équivalent chinois de X.

Dans un discours l’an dernier, le président Xi Jinping avait souligné l’importance pour la Chine de renforcer son contrôle et la sécurité de son internet.

- Advertisment -