mardi 16 avril 2024

Océan Atlantique : Le Maroc partage les ambitions des Etats-Unis

-

Washington a accueilli, par visioconférence, la deuxième réunion de hauts représentants des 34 Etats membres du Partenariat pour l’Atlantique, lancé en septembre 2023 à New York. Le Maroc, hautement intéressé par cette zone et membre fondateur de l’initiative, était présent. Le royaume, aux côtés de l’Espagne et de l’Angola, dirige le groupe consacré à la planification spatiale marine, indique le Département d’Etat américain dans un communiqué.

Les membres ont également décidé d’organiser divers ateliers en 2024 sur des questions d’intérêt mutuel telles que : la pollution plastique ; la sécurité alimentaire et nutritionnelle ; et des outils de financement innovants pour la conservation et l’utilisation durable des ressources marines de l’océan Atlantique, ajoute la même source.

Lancé en septembre 2023, le Partenariat pour l’Atlantique vise à ouvrir un nouveau chapitre dans la coopération régionale, en forgeant des liens plus étroits entre les pays atlantiques sur quatre continents. Son objectif est double : permettre aux pays atlantiques d’étendre leur coopération sur une série d’objectifs communs et défendre un ensemble de principes communs pour la coopération atlantique. La Banque mondiale estime la contribution de l’océan Atlantique à l’économie mondiale à hauteur de 1 500 milliards de dollars par an et prévoit que ce chiffre doublera d’ici 2030.

Parallèlement à l’initiative américaine, le Maroc ambitionne de structurer l’espace atlantique africain. «Notre souhait est que la façade atlantique devienne un haut lieu de communion humaine, un pôle d’intégration économique, un foyer de rayonnement continental et international», avait souligné SM le roi Mohammed VI dans son discours du 6 novembre 2023. Et d’annoncer que «le Maroc a pris l’initiative de créer un cadre institutionnel regroupant les 23 Etats Africains Atlantiques en vue de consolider la sécurité, la stabilité et la prospérité partagée dans la région».

Depuis, le Maroc glane des adhésions à son projet continental. En témoigne la Déclaration publiée, mercredi 21 février, au terme de la visite du chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, à Rabat. «Le Président du Gouvernement espagnol a salué et marqué l’intérêt de l’Espagne pour les initiatives stratégiques lancées par Sa Majesté le Roi, que Dieu L’assiste, notamment l’Initiative des pays africains riverains de l’Atlantique, l’Initiative Royale pour favoriser l’accès des pays du Sahel à l’Océan Atlantique, ainsi que le Gazoduc Africain-Atlantique Nigéria-Maroc», lit-on dans le texte.

Pour rappel, les pays de la façade africaine de l’Atlantique se sont réunis à trois reprises au niveau de leurs ministres des Affaires étrangères : le 8 juin 2022 à Rabat, le 23 septembre 2022 à New York en marge de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations unies et le 12 juillet 2023 à Rabat.

Le Maroc avait accueilli, en août 2009, la première réunion des pays de l’Afrique atlantique, avec la participation de 22 Etats africains. Un plan d’action y était adopté avec la création d’un secrétariat permanent, basé à Rabat. Néanmoins, ce grand projet n’a pu voir le jour. Le contexte international n’était guère propice au lancement d’une telle initiative.

Depuis la donne a évolué. En janvier, le Maroc a mis à la disposition du Libéria son bateau scientifique Al Hassane Al Marrakchi de l’Institut National de la Recherche et de la Pêche du Maroc pour réaliser une cartographie des stocks de poissons et des fonds marins de ce pays africain. La Côte d’Ivoire et la Guinée ont également demandé de bénéficier de l’expertise marocaine dans ce secteur. Les trois pays africains sont également membres du Partenariat atlantique, lancé en septembre 2023 par les Etats-Unis.

- Advertisment -