vendredi 12 avril 2024

Revue de presse de ce samedi 24 février 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce samedi 24 février 2024:

Le Matin

  • L’exonération de la TVA sur les médicaments dans le cadre de la loi de Finances 2024, censée être une bonne nouvelle pour les patients, semble avoir créé un problème au niveau de la disponibilité des médicaments dans les pharmacies. Selon Amine Bouzoubaâ, secrétaire général de la Confédération des Syndicats des pharmaciens du Maroc, cette mesure, entrée en vigueur le 1er janvier 2024, nécessite une période transitoire pour permettre de gérer les stocks et notamment l’opération d’étiquetage avec les nouveaux prix. «Les industriels et les professionnels du secteur ont un délai maximum de 3 mois (jusqu’au 31 mars) pour liquider leurs stocks de médicaments», explique Bouzoubaâ. L’enjeu de cette transition est donc d’assurer la disponibilité des médicaments pour les citoyens, précise-t-il, en rassurant que ces perturbations devront être temporaires.
  • Les porteurs de projets agricoles issus de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma auront bientôt droit à un accompagnement sur mesure. Le département de l’Agriculture s’apprête à mettre en œuvre à l’échelle de la région le Programme de l’entrepreneuriat des jeunes en agriculture. Une offre intégrée d’appui aux jeunes sera ainsi développée et déployée à travers le Centre régional de l’entrepreneuriat des jeunes en agriculture. Celle-ci devrait refermer notamment un appui, à la carte, aux jeunes porteurs de projets ou d’entreprises et coopératives nouvellement créées portées par les jeunes, un service adapté aux différents profils des jeunes et des territoires ruraux en plus de la mise sur rails de plusieurs autres services.
  • Le Maroc demeure un marché stratégique pour Stellantis sur la région du Moyen-Orient et de l’Afrique. Ce constructeur automobile a vendu environ 33.000 véhicules sur le marché marocain en 2023. Ce qui fait du Royaume son troisième client dans cette région. Néanmoins, les ventes de Stellantis dans le pays ont baissé par rapport à 2022 (34.000 véhicules) et 2021 (37.000 unités). Sa part dans le marché automobile au Maroc a également diminué à 20,7%, contre 20,8% un an plus tôt et 21,1% en 2021. Ceci alors qu’à l’échelle de toute la région Moyen-Orient et Afrique, le volume total des ventes a augmenté de 48% à 614.000 unités. Cette performance est tirée par la Turquie, son premier marché dans cette région.
  • La solide coopération en matière d’éducation et d’échanges culturels, un des maillons forts du partagerait stratégique entre le Maroc et les Etats-Unis, a été célébrée jeudi à l’occasion d’une cérémonie organisée à l’ambassade du Maroc à Washington en hommage à l’excellence académique des lauréats marocains et américains du Programme Fulbright Maroc 2024. En présence d’une soixantaine de boursiers ainsi que de responsables du Département d’Etat et de la Commission maroco-américaine pour les échanges éducatifs et culturels (MACECE), l’ambassadeur du Maroc aux Etats-Unis, Youssef Amrani a souligné l’importance des échanges académiques et culturels entre les deux pays qui revêtent, selon lui, une importance cruciale pour la promotion des valeurs de paix, d’ouverture et de tolérance du Maroc qui «vit un moment exceptionnel dans sa démarche lucide vers la modernité et le respect de toutes les diversités».

Libération

  • « La sécheresse actuelle a déjà des effets critiques et il faut s’attendre à un printemps plus chaud », c’est ce qui ressort du dernier rapport du Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne sur la sécheresse en Méditerranée et son impact sur l’ensemble de la région. Ainsi pour le Maroc, ledit rapport a observé que les six années consécutive de sécheresse ont entraîné un niveau d’eau extrêmement bas dans les réservoirs, avec un remplissage moyen d’environ 23% du barrage. L’utilisation de l’eau pour le nettoyage des routes, l’irrigation des parcs et certaines zones agricoles a été interdite. La réduction de la superficie irriguée par les barrages est estimée à près de 50%. Des restrictions à l’utilisation de l’eau ont déjà été mises en place en Espagne et en Sicile (Italie) en réponse à la diminution de la disponibilité de l’eau.
  • La question de la responsabilisation en finances publiques occupe une place centrale dans la consolidation des piliers de l’Etat de droit, et représente une dimension essentielle de la pratique démocratique en matière de gestion de la chose publique, a affirmé le Premier Président de la Cour des comptes, Zineb El Adaoui. « Si la responsabilité des gestionnaires publics lors de l’exercice de leurs fonctions peut être soulevée dans le domaine de gestion des finances publiques dans le cadre des différents types de responsabilités traditionnelles, politiques, civiles, disciplinaires et pénales, les responsabilités qui peuvent être engagées, de manière directe ou indirecte, par les ISC revêtent une importance particulière, en tant qu’institutions professionnelles neutres, spécialisées et crédibles dans leurs interventions », a souligné El Adaoui, lors d’un colloque international organisé à l’initiative de la Cour des comptes, sous le Haut patronage du Roi Mohammed VI, autour du thème « Les régimes de responsabilité devant les institutions supérieures de contrôle (ISC), état des lieux et perspectives ».
  • Le déficit de liquidité bancaire moyen a reculé de 0,2% à 136,9 milliards de dirhams durant la période du 15 au 21 février 2024, selon BMCE Capital Global Research (BKGR). Ce déficit intervient au moment où les avances 7 jours de la Banque Centrale augmentent de 3,76 MMDH pour s’établir à 46,2 MMDH, précise BKGR dans sa récente note « Fixed Income Weekly ».

Al Massae

  • Dans un rapport sur les effets de l’inflation, Oxfam Maroc explique que la poussée inflationniste a touché surtout les ménages pauvres et ruraux. Mais le plus négatif dans cette poussée inflationniste, relève Oxfam Maroc, c’est qu’elle a touché surtout les ménages pauvres, vulnérables et ruraux. Et c’est justement, poursuit-elle, à cause de cette crise inflationniste que 3,2 millions de personnes supplémentaires se sont retrouvées en dessous du seuil de pauvreté, ramenant ce dernier au niveau enregistré en 2014. «Ainsi, 8 ans de lutte contre la pauvreté se sont ainsi évaporés, et les résultats pourraient être encore pires si des subventions (…) n’avaient pas été mises en place par le gouvernement», note-t-elle.

Al Ittihad alichtiraki

  • Un délai de deux mois a été fixé par la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) et l’Union Nationale du Patronat Mauritanien (UNPM) pour l’élaboration d’une vision claire des projets d’investissement prioritaires identifiés lors de la 3ème édition du Forum économique Maroc-Mauritanie, tenue les 21 et 22 février à Nouakchott. Visant à rapprocher les deux communautés d’affaires et à faciliter les démarches d’investissement et de commerce bilatéral, cette task force a pour objectif d’accompagner la mise en œuvre des investissements présentés par les entreprises des deux pays, ainsi que d’assurer leur suivi et leur évaluation.

Rissalat Al Oumma

  • La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) lance une vaste opération de modernisation du parc automobile de la police. Cette opération s’étend aussi bien au niveau local que régional, peut-on lire sur le compte X de la direction. Elle porte sur la distribution de 594 véhicules, dont des voitures, des motos, ainsi que des véhicules utilitaires. Ces équipements sont hautement équipés techniquement et conformes à la nouvelle identité visuelle de la direction. La première tranche de cette opération de modernisation des véhicules comprend la distribution de plus de 300 véhicules utilitaires au profit des équipes de sécurité publique et de la police judiciaire, chargées des interventions sur le terrain en milieu urbain.

Assahra Almaghribia

  • Le Maroc a souligné l’engagement de SM le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, en faveur de la cause palestinienne, dans le cadre de la procédure en cours devant la Cour Internationale de Justice (CIJ), dans l’affaire de demande d’avis consultatif sur les conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d’Israël dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est. Le Royaume, représenté par l’ambassadeur de SM le Roi à la Haye, Mohamed Basri, a pris part aux audiences de la CIJ, qui se déroulent du 19 au 29 février. Dans ce cadre, l’ambassadeur du Maroc a assisté en soutien à l’exposé oral de la Palestine, qui a eu lieu le 19 février, aux côtés de la délégation palestinienne, présidée par Riyad Al Maliki, ministre palestinien des Affaires étrangères et des Expatriés.
- Advertisment -