lundi 22 avril 2024

Le plaidoyer du Maroc devant la CIJ consacre ses positions honorables vis-à-vis de la cause palestinienne

-

Le plaidoyer du Maroc devant la Cour Internationale de Justice (CIJ) sur les conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d’Israël dans le Territoire palestinien occupé, consacre les positions honorables du Royaume vis-à-vis de la cause palestinienne, a souligné l’expert palestinien dans les affaires israéliennes, Nazir Majli.

Dans une déclaration à la MAP, M. Majli a salué les efforts et les initiatives « sérieuses et courageuses » que le Maroc ne cesse d’entreprendre pour la promotion du dialogue entre Palestiniens et Israéliens comme base pour l’instauration de la paix.

Dans ce sillage, il a relevé que le Royaume du Maroc joue depuis des décennies un rôle pivot pour l’établissement d’une paix juste et globale permettant la cohabitation entre les peuples de la région du Moyen-Orient, loin de toute logique de guerre ou de conflit.

L’expert palestinien a fait observer que le Maroc « porte une attention particulière et suit le plus la situation à Al Qods, à la faveur des efforts consentis par SM le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, pour la défense de la cause palestinienne et le droit des Palestiniens à l’établissement d’un État indépendant avec Al Qods-Est comme capitale.Cette position constante, a-t-il affirmé, reflète la sagesse, la clairvoyance et une volonté inébranlable pour favoriser la résolution de la question palestinienne de manière définitive.

Il s’est félicité, par ailleurs, des positions « humaines et nobles » exprimées par le Royaume, à travers l’agence Bayt Mal Al Qods Acharif, qui assume un rôle primordial en faveur de l’atténuation des souffrances des Palestiniens et de la sauvegarde du cachet civilisationnel et religieux de la ville sainte d’Al Qods.

Le Maroc a souligné l’engagement de SM le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, en faveur de la cause palestinienne, dans le cadre de la procédure en cours devant la Cour Internationale de Justice (CIJ), au sujet de l’affaire de demande d’avis consultatif sur les conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d’Israël dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est.

- Advertisment -