jeudi 25 avril 2024

Le Maroc, pays leader sur les plans régional et international dans le domaine horticole

-

Le Maroc joue, à la faveur de ses richesses et de ses potentialités, un rôle de leader dans le domaine horticole sur les plans régional, continental et international, a souligné Abdelhaq Hanafi, président du Congrès horticole panafricain.

Le Maroc s’impose en tant qu’acteur clé et un modèle de premier plan dans la région pour ses progrès et ses réalisations que confortent ses productions orientées vers l’export, a relevé M. Hanafi dans un entretien à la MAP, à la veille de la tenue, du 26 février au 1er mars à Marrakech, de ce Congrès panafricain, organisé par l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) sous l’égide de l’ISHS (International society for horticultural science).

Placé sous le signe « Libérer le potentiel d’une horticulture résiliente en Afrique », cet évènement-phare de l’agriculture, qui se tient pour la première fois en Afrique du Nord, témoigne d’ores et déjà de l’aura et de l’odorat d’un secteur en pleine expansion.

Après avoir mis en avant les différentes actions et initiatives menées par le Royaume en faveur du développement de ce secteur au niveau africain, M. Hanafi a indiqué que la filière horticole représente un véritable potentiel de croissance pour le Maroc et le continent africain.

Riche par ses diversités agro-climatiques, le Maroc est en droit de se targuer de ses variétés agricoles et particulièrement de ses produits horticoles, a-t-il soutenu.

Notant que le choix du Maroc pour abriter pareille manifestation consolide sa position d’acteur incontournable de l’agriculture et de l’horticulture africaine, il a estimé que le Congrès de Marrakech offre une opportunité aux scientifiques et aux chercheurs nationaux d’accéder aux dernières connaissances, technologies et meilleures pratiques en horticulture en Afrique et dans le monde.

« En dépit des défis confrontés dans le contexte du changement climatique, notamment la pénurie d’eau, les températures extrêmes, les précipitations irrégulières, les ravageurs et les maladies, la dégradation des sols (…), ce secteur présente d’importantes opportunités », a-t-il souligné.

Relever ces défis nécessite une approche globale impliquant des investissements dans la recherche et le développement, le renforcement des capacités et l’amélioration des infrastructures, a-t-il recommandé.

Le secteur horticole peut améliorer considérablement la sécurité alimentaire en Afrique, grâce à la diversification des cultures, la valorisation de la valeur nutritionnelle, l’augmentation de la productivité et à la génération des revenus, a-t-il fait observer.

Selon lui, ce secteur, adaptable à l’agriculture urbaine, offre des opportunités pour des pratiques agricoles durables et assure un approvisionnement alimentaire stable et diversifié tant en milieu rural qu’urbain.

M. Hanafi a mené une riche carrière professionnelle au sein des Nations-Unies (FAO, FIDA,..) sur le développement durable, le développement rural, la protection de l’environnement, les investissements, l’économie et la gestion des ressources naturelles.

- Advertisment -