mardi 16 avril 2024

Facultés de médecine : l’adoption d’une période d’étude de six ans n’affecte en rien la qualité de la formation

-

Les ministres de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Ait Taleb, et de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Abdellatif Miraoui, ont affirmé lors d’une conférence de presse sur l’évolution de la situation dans les facultés de médecine, de pharmacie et de chirurgie dentaire au Maroc, qu’ils comprennent bien les préoccupations des parents des étudiants de ces facultés, suite au boycott des examens et à la grève depuis décembre 2023.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Abdellatif Miraoui, a souligné que le gouvernement reste ouvert au dialogue afin de trouver des solutions pour ne pas compromettre l’année universitaire.

Miraoui a confirmé que les deux ministères ont organisé une série de réunions avec les représentants des étudiants des facultés pour expliquer les réformes et répondre aux questions. Il a noté qu’au total, 14 réunions nationales ont eu lieu avec les représentants des étudiants entre décembre 2023 et février 2024, en présence de hauts responsables des deux ministères.

Miraoui a expliqué que la décision de réduire la durée des études de 7 à 6 ans découle de motivations purement pédagogiques visant à améliorer la formation médicale. Cette décision a été prise après une étude et une évaluation internes des programmes de formation médicale par un comité d’experts, qui ont formulé un ensemble de recommandations portant principalement sur la pédagogie, le contenu des programmes et les méthodes d’enseignement.

Il a souligné que cette mesure s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale du gouvernement visant à améliorer le système de santé en renforçant la qualité de la formation médicale, en conformité avec les recommandations du nouveau modèle de développement.

Le gouvernement, par la voix du ministre Miraoui, a affirmé que l’adoption d’une durée d’étude de six ans pour la médecine préserve la valeur de ce diplôme, tant au niveau national qu’international, et n’affecte en rien la qualité de la formation.

- Advertisment -