jeudi 29 février 2024

Revue de presse de ce mardi 13 février 2024

-

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi 13 février 2024:

L’Opinion

  • L’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) a une roadmap très ambitieuse d’internationalisation, car les domaines de recherche, d’innovation ou d’entrepreneuriat sont des domaines de réseaux et de partenariats, a souligné Fahd Benkirane, directeur général de UM6P France. “Si on vise l’excellence, il faut viser aussi l’expansion des partenariats avec les meilleures institutions internationales”, a-t-il insisté, notant que la première étape est l’Europe, et il y a également des projets en Amérique du Nord. “Et puisque nous avons un prisme africain affirmé, il y a des projets sur le continent”, a relevé Benkirane, faisant savoir que le premier, bien avancé, est un projet d’école en Côte d’Ivoire qui mêle digital et agriculture, pour apporter des solutions nouvelles et modernes à l’agriculture en Afrique. “Nous avons de belles propositions, répondant à une demande qui, d’après notre analyse, n’était pas adressée par les écoles et business school françaises et européennes”, a-t-il dit dans un entretien accordé au journal.
  • Unifier, simplifier et numériser l’administration judiciaire, afin d’améliorer les rapports entre la Justice et le citoyen. C’est ainsi que le ministre de tutelle, Abdellatif Ouahbi, résume sa réforme du système judiciaire, dont la digitalisation constitue l’épine dorsale. Pour le moment, le bilan des acquis est encore timide, mais les départements concernés affichent une volonté de passer à la vitesse supérieure, pour finaliser ce chantier qui vise à améliorer la qualité et les délais des procédures judiciaires. Toutefois, plusieurs défis restent à surmonter pour dématérialiser entièrement le système judiciaire, notamment le cadre juridique toujours dans le pipe. L’interopérabilité est, entre autres, un des paramètres qui ralentissent le processus de digitalisation de la Justice. « C’est un mécanisme permettant à différentes institutions d’échanger des données entre elles, le rendant essentiel dans la réussite du processus de transition numérique », souligne Hajar Khyati, représentante de l’Agence de Développement du digital.
  • Un total de 5.281.790 opérations d’authentification identitaire ont été enregistrées sur la plateforme “Mon e – ID” (Mon identité numérique) depuis son lancement, le 25 avril 2022 a souligné le contrôleur général à la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), Ismail Kdidar. S’exprimant lors d’un panel intitulé « Justice numérique axée sur la data”, tenu dans le cadre de la Conférence internationale sur la transformation digitale du système judiciaire, Kdidar a expliqué que chaque citoyen marocain dispose d’une identité physique basée sur sa carte d’identité nationale, dérivant ainsi vers une identité numérique, notant que « cette dernière permet une authentification sécurisée sur les services en ligne en utilisant la carte d’identité électronique et divers facteurs d’authentification, notamment le code PIN et la reconnaissance faciale, conformément à la loi 04-20 ».

Le Matin

  • Le Roi Mohammed VI a adressé un message de félicitations à Fatima Ezzahra El Mansouri, suite à son élection en tant que coordonnatrice de la direction collégiale du Secrétariat général du Parti Authenticité et Modernité (PAM). Dans ce message, le Souverain exprime à El Mansouri ses félicitations pour le succès du cinquième congrès national du PAM qui a permis l’émergence d’une configuration visant à instaurer une gouvernance organisationnelle, à assumer, selon une approche renouvelée, les rôles attribués par la Constitution aux partis politiques et à consacrer le positionnement du parti parmi les formations sérieuses, engagées dans le projet national démocratique et de développement.
  • Visiblement, le compte à rebours est enclenché avant la promulgation du statut unifié des fonctionnaires du département de l’Éducation nationale. Le Conseil du gouvernement qui se tiendra jeudi prochain examinera aux fins d’adoption tous les projets de décret afférents à ce cadre référentiel. Les syndicats les plus représentatifs devaient recevoir, hier lundi, la version finale de ces textes. S’agissant des enseignants suspendus, leur sort sera décidé au niveau des Commissions régionales qui seront créées au niveau des Académies Régionales d’Éducation et de Formation.
  • Le gouvernement négocie actuellement avec la Banque mondiale un financement de 200 millions de dollars destiné à soutenir la grande réforme engagée pour les établissements et entreprises publics (EEP). La coopération entre les deux parties porte sur l’amélioration de la gouvernance et la performance des EEP, la consolidation de l’efficacité de l’allocation des ressources publiques aux EEP ainsi que le renforcement de la concurrence dans les secteurs où les entreprises publiques sont fortement présentes.

Libération

  • « 90% des trains électriques de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF) circulent désormais avec l’énergie verte. L’Office envisage, dès 2030, d’augmenter à plus de 52% la part des ressources renouvelables et d’atteindre une neutralité carbone à l’horizon 2035 ». Cette information n’a rien de nouveau. Elle a fait la Une des journaux et sites internet la semaine dernière. Cependant, si ces annonces de l’ONCF sont louables et fortement appréciées, il n’en demeure pas moins qu’elles restent infimes dans la lutte contre les effets néfastes du réchauffement climatique. Pour les spécialistes, le vrai défi est celui du secteur national du transport qui demeure le premier consommateur d’énergie finale et contribue à plus de 20% des émissions de GES, sans parler du fait qu’il dépend quasi-exclusivement des produits pétroliers, intégralement importés et qui pèsent lourdement sur notre balance commerciale. D’après la Communication Nationale du Maroc « la croissance annuelle de la consommation de carburants dans ce secteur évolue rapidement avec un rythme supérieur à 5% par an ».
  • Les perspectives des échanges touristiques entre le Maroc et l’Inde sont prometteuses, a indiqué l’ambassadeur du Maroc à Delhi, Mohamed Maliki. S’exprimant lors d’une rencontre initiée par l’Office National Marocain de Tourisme (ONMT), en marge du Salon de voyage OTM 2024 (Outbound Travel Market), Maliki a mis en lumière la dynamique en cours et l’intérêt grandissant des voyageurs indiens pour le Royaume, fruit d’efforts soutenus dans la promotion et le développement de la destination Maroc. L’introduction de l’e-visa d’entrée au Maroc pour les ressortissants indiens a joué un rôle crucial dans cette dynamique, a affirmé le diplomate, exprimant sa confiance quant aux perspectives très favorables et le potentiel énorme pour le développement du tourisme.

L’Economiste

  • L’une des questions que beaucoup de praticiens se sont posées avant la publication de la circulaire des dispositions fiscales concerne la durée de conservation des garanties par la Direction générale des impôts. La réponse officielle n’est plus un secret pour personne: le contribuable ne pourra demander la mainlevée de la garantie auprès de la Direction générale des impôts qu’en justifiant avoir respecté l’obligation de conserver les biens d’investissement acquis en exonération de TVA pendant les délais prévus par l’article 102 du CGI et les avoir affectés à la réalisation des opérations soumises à la taxe sur la valeur ajoutée ou exonérées par les articles 94 et 94 du CGI. Les délais en question sont de 5 ans pour les biens meubles et de 10 ans pour les biens immeubles à compter de leur acquisition.
  • Mobiliser les compétences marocaines installées à l’étranger est l’un des défis de la nouvelle stratégie de développement. Dans son discours du 20 août 2022, SM le Roi avait insisté sur le rôle que peut jouer cette communauté dans le processus de croissance économique. «Le temps est donc venu de doter cette communauté de l’encadrement nécessaire ainsi que des moyens et des conditions pour qu’elle donne le meilleur d’elle-même», avait noté le SM le Roi. D’où «la nécessité d’établir une relation structurelle suivie avec les compétences marocaines à l’étranger», selon le discours royal. En l’absence d’une initiative du gouvernement dans ce sens, le groupe parlementaire du RNI, le parti qui conduit à la majorité, a élaboré une proposition de loi portant création d’une Agence nationale de mobilisation des compétences et des investisseurs MRE. Ce texte a été transféré, hier lundi, à la Commission des finances à la Chambre des représentants.
  • L’activité de la franchise est dans une mauvaise passe. Les représentants du secteur alertent sur des fermetures et faillites en série, des situations de surendettement auprès des fournisseurs, des vagues de licenciements, des baisses drastiques du chiffre d’affaires dans un contexte marqué par l’augmentation des charges, des taxes et impôts, des loyers exorbitants, l’inflation, la baisse du pouvoir d’achat… En fait, cette situation ne date pas d’aujourd’hui. C’est le cumul de de plusieurs années difficiles, d’une conjoncture économique morose, en en plus de quatre années de sécheresse et de mauvaises campagnes agricoles successives… qui ont impacté le moral des ménages et des consommateurs. Parmi les activités les plus représentées dans les franchises, figurent les fast-food, restauration, boulangeries-pâtisseries, cafés/glaciers, prêt-à-porter, cosmétiques, entretien automobile, distribution, chocolateries…

Al Bayane

  • Le philosophe et sociologue français, Edgar Morin, a salué la politique d’ouverture adoptée par le Royaume du Maroc envers le Continent africain à tous les niveaux. Le Maroc a lancé « une très belle initiative depuis quelques années en s’ouvrant politiquement et économiquement sur le continent africain », a ajouté Edgar Moran, qui était l’invité de la rubrique « Grand entretien », prévue dans le cadre de la deuxième édition du Festival du Livre Africain de Marrakech (FLAM), qui se poursuit jusqu’à dimanche. S’exprimant devant un public nombreux au Centre culturel les « Etoiles de Jamaâ-el-Fna », qui accueille les événements du festival, le philosophe français a souligné que le volet culturel n’est pas complémentaire mais occupe une place primordiale dans les relations entre le Maroc et les pays du continent.
  • Un récent rapport du bureau Inforisk met en lumière la situation de plus en plus précaire des entreprises au Maroc. 14.245 entreprises ont déclaré faillite l’année dernière reflétant une tendance inquiétante, avec une hausse annuelle alarmante de près de 15%. Selon Inforisk, ces faillites sont attribuées à une combinaison de facteurs, notamment la difficulté d’obtenir un financement, les pressions inflationnistes et les retards persistants dans le paiement des créances. Ces défis sapent non seulement la stabilité des entreprises individuelles, mais posent également des obstacles significatifs à la résilience économique globale de la nation. Le commerce émerge comme l’un des secteurs les plus touchés, supportant plus d’un tiers des cas de faillite, suivi de près par l’immobilier et la construction.

Al Massae

  • À Meknès, deux hommes de 26 et 27 ans ont été appréhendés au niveau d’un point de contrôle routier, juste après leur arrivée en ville. La fouille de leur véhicule a permis de découvrir 6.000 comprimés d’ecstasy et 300 comprimés de Rivotril, ainsi qu’une somme d’argent soupçonnée d’être le fruit de leur commerce illicite. Cette opération a été rendue possible grâce à des informations précises fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST). Les mis en cause ont été placés en garde à vue sous la supervision du parquet compétent, afin de déterminer les éventuelles autres ramifications de cette activité criminelle et de révéler toutes les infractions imputées aux personnes concernées.

Al Alam

  • La Situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) à fin décembre 2023 fait ressortir un déficit budgétaire de 62,8 milliards de dirhams (MMDH), soit 4,4% du Produit intérieur brut (PIB), selon le ministère de l’Économie et des Finances. Ce niveau est légèrement inférieur à l’objectif de la Loi de Finances (LF) 2023 (4,5% du PIB) et en amélioration de 1 point de PIB comparativement aux réalisations de l’année 2022 (5,4% du PIB), précise le ministère qui vient de publier la SCRT de décembre 2023.

Bayane Al Yaoum

  • Les médias sont un partenaire essentiel pour la sensibilisation de la société aux différents éléments en relation avec la traite des êtres humains, a indiqué le juge président de la section de la Protection de la famille et des Catégories spéciales au Ministère public, Mohamed Chabib. Dans une déclaration à la presse en marge d’une session de formation organisée par la Présidence du Ministère Public sur les communications individuelles dans le cadre de la Convention contre la torture, récemment à Marrakech, Chabib a mis l’accent sur la nécessité de maîtriser les concepts diffusés à travers les communiqués et les annonces notamment la distinction entre les crimes de traite des êtres humains et du trafic illicite de migrants.

Al Ittihad alichtiraki

  • Une Conférence parlementaire sur la coopération Sud-Sud, placée sous le Haut patronage du Roi Mohammed VI, se tiendra, jeudi et vendredi à Rabat, pour débattre du « rôle des parlements nationaux et des unions parlementaires régionales et continentales en Afrique, dans le monde arabe et en Amérique latine dans la promotion des partenariats stratégiques et la réalisation de l’intégration et du développement commun ». Cette rencontre, organisée à l’initiative de la Chambre des conseillers en collaboration avec l’Association des Sénats, Choura et Conseils équivalents d’Afrique et du monde arabe (ASSECAA), s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement du leadership du Royaume du Maroc, sous la conduite du Roi Mohammed VI, dans le lancement de toute initiative de développement et de solidarité visant à renforcer la coopération Sud-Sud.

Al Ahdat Al Maghribia

  • A l’approche du mois de ramadan, le prix des sardines est passé de 13 dirhams le kilogramme à 15 dirhams pour s’établir, le 12 février, à 20 dirhams le kilogramme. Ces hausses successives, les professionnels d’un marché local, sondés par le quotidien la justifient par l’augmentation annoncée par la Confédération nationale de la pêche maritime. En effet, un accord a été conclu avec les représentants des mareyeurs dans les ports et marchés marocains, en vertu duquel une augmentation du prix de référence pour la vente des sardines de 25 centimes, soit un dirham et cinq centimes, a été actée. Les professionnels imputent cette hausse aux spéculateurs qui font monter les prix des sardines, relevant qu’une caisse de sardines a atteint ce 12 février 330 dirhams. Les mêmes professionnels s’attendent à ce que les sardines soient écoulées à 30 dirhams le kilogramme lors du mois de ramadan.

Assahra Almaghribia

  • Le Maroc a accompagné son adhésion à la Convention contre la torture par l’adoption de nombreuses réformes dans le but d’honorer ses engagements, notamment en ce qui concerne les lois nationales ayant connu, elles aussi, des réformes continues visant l’insertion des dispositions de ladite Convention, a affirmé, lundi à Marrakech, le Procureur Général du Roi près la Cour de Cassation, Président du Ministère Public, El Hassan Daki. « La Constitution de 2011 est l’une de ces réformes éloquentes qui prévoit que les conventions internationales, ratifiées par le Maroc, conformément aux lois du Royaume et en adéquation avec les dispositions de sa loi fondamentale et de son identité nationale constante, ont la primauté dès leur publication, sur la législation nationale », a ajouté Daki lors d’une session de formation portant sur les communications individuelles dans le cadre de la Convention contre la torture.
- Advertisment -